Quelques Pages

Vendredi 11 février 2011 à 22:54

Littérature USA

uneprièrepourowen.jpgOwen tue la mère de John, son meilleur ami, d'une balle de base-ball perdue. À onze ans, il se proclame instrument de Dieu, et, grâce à lui, John devient chrétien. C'était avant Kennedy, la guerre du Vietnam et la prolifération de l'arme nucléaire. John se souvient de son ami d'enfance, et avec une nostalgie pleine de colère, d'une certaine Amérique, égocentrique et triomphante.

Commencé le 7-02-2011

Terminé le 11-02-2011

Dans ce livre l'auteur narre l'histoire de la famille Wheelwright à travers le narrateur, John né en 1942. Dès les premières pages, j'ai retrouvé ce qui me rend accro à cet auteur. J'ai constaté en moi une folle et inexplicable addiction à John Irving. Inexplicable mais pourtant éclairée par ce qui suit. Parce que cet auteur écrit somptueusement bien, parce que ces personnages ont une réelle consistance et qu'on a envie de les connaître en vrai, et enfin parce que dans ces livres il y a toujours ce petit quelque chose qui tient de la magie (j'en suis persuadée) et qui fait qu'on est comme envoûtée par ses mots et qu'on ne peut lâcher l'un de ses livres qu'après l'avoir terminé. C'est à mon frère que je dois le prêt de ce livre, et c'est aussi à lui que je dois la découverte de cet auteur, d'abord avec Le monde selon Garp, puis avec L'hôtel New Hampshire. Un John Irving, en toute objectivité scientifique, c'est mieux qu'un antidépresseur. A quand la médecine par les livres ? Le débat est ouvert. Le narrateur , John, est un professeur de littérature quadragénaire. "Owen" dont il est fait référence dans le titre (petit personnage très intelligent autant qu'il est étrange, au physique peu conventionnel (tout petit avec un visage d'adulte) et doté d'une voix haut perché et stridente (cf la réflexion du professeur de chant et de diction "Votre pomme d'Adam reste en position de cri permanent")), Owen donc, est son ami d'enfance. Le roman retrace leur enfance, expliquant l'influence qu'a eu Owen sur John. La fin approchant, j'ai ressenti quelques longueurs, mais dans les 10 dernières pages en revanche j'ai vraiment apprécié la profondeur de cette histoire, et j'ai trouvé la fin très belle. On comprend le mystère que cache Owen et le personnage prend tout son sens.

John Irving, Une prière pour Owen, (A Prayer for Owen Meany), édition du Seuil, 2 septembre 1995, mai 1989 pour la traduction française, collection points, 699 pages. Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Michel Lebrun. Présenté par Nicole Moulinoux.

Par sted">Écrit par : charlotte le Lundi 14 février 2011 à 0:00
Je suis tout à fait d'accord avec l'idée de magie. A part peut-être Liberté pour les ours, tout est fantastique chez cet auteur. Son tout dernier est fidèle à la légende Irving. Même si je garde un attachement tout particulier pour L'Hôtel New Hampshire, Owen et bien sûr Garp.
Par sted">Écrit par : Katia le Lundi 14 février 2011 à 0:00
@ Charlotte : On m'a offert récemment son dernier, j'ai hâte de le lire.
L'hôtel New Hampshire est génial, ces personnages sont incroyablement originaux, je dirais que mon préféré est Le monde selon Garp.
Par sted">Écrit par : OasisdeLettres le Mardi 15 février 2011 à 0:00
Encore un auteur qu'il faut absolument que je découvre ! ( D'ailleurs, je pense commencer par "L'hôtel New Hampshire" ... )
Cet auteur a l'air d'avoir une très belle plume. :-)
Par sted">Écrit par : Katia le Mardi 15 février 2011 à 0:00
@ OasisdeLettres : Tu ne seras pas déçue en découvrant cet auteur :) Il te plonge dans un univers loufoque et tu ne veux plus en sortir !
Par sted">Écrit par : Anne le Mercredi 16 février 2011 à 0:00
Je n'ai rien lu de cet auteur et c'est une honte de ma part ; je note donc ce titre pour faire connaissance avec cet écrivain dont je n'arrête pas de voir des articles sur pas mal de blogs ces derniers temps.
Par sted">Écrit par : Katia le Jeudi 17 février 2011 à 0:00
@ Anne : Tu peux te lancer sans craintes, c'est un très bon auteur :)
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://quelques.pages.cowblog.fr/trackback/3203305

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast