Quelques Pages

Samedi 21 décembre 2013 à 0:25

Littérature française

http://quelques.pages.cowblog.fr/images/dossier2/unbuissondamarante.jpgRésumé :
« La sagesse au bout du chemin ».


Lorsque Amaury débarque à Paris dans sa classe préparatoire scientifique, il n’a de français que son passeport. Né à Phnom-Penh, il a grandi à Tanger. Cette différence lui colle à la peau : admis dans une grande école d’ingénieurs, il n’en nourrit pas moins un syndrome de l’imposteur qui va le poursuivre tout au long de sa carrière. De Java à Berkeley, en passant par Paris et Pondichéry, lui, l’apatride, est en réalité à la recherche de lui-même. Classes préparatoires, grandes écoles, MBA, start-ups, comités de direction, mais aussi courses hauturières et équitation de haut niveau : Amaury trace son chemin dans un système de castes où la cooptation est la règle et où les puissants se reconnaissent et s’adoubent entre eux.

Sur fond de chronique des quarante dernières années, ce roman d’apprentissage écrit dans un style corrosif et plein d’humour offre une réflexion profonde et nécessaire sur notre société et l’élitisme, dans les univers fascinants de l’aérospatial et de l’Internet.

Mon avis :
Avant toute chose, merci aux éditions Daphnis et Chloé de m’avoir envoyé ce roman.
J’ai ressenti en lisant ce roman un savant mélange entre des descriptions, des passages narratifs et des faits historiques. En effet j’ai trouvé l’écriture très fluide et, rien que pour la forme, ce roman est très agréable à parcourir.

Le lecteur est amené à suivre le parcours très riche du héros, et à travers son histoire le personnage principal permet au lecteur de découvrir un réel panel de la société, côtoyant différent niveau sociaux, différentes personnes, et différents pays.

J’ai trouvé ce roman assez détaillé pour prendre le temps de s’attacher à Amaury, mais aussi assez dynamique pour ne pas s’ennuyer. En effet le récit retrace la vie d’un homme, et l’auteur s’attache à nous le rendre sympathique en nous décrivant son état d’esprit, sans pour autant perdre en action. J’ai trouvé ce point très intéressant et très positif car il donne vraiment envie de progresser dans le roman pour en savoir davantage.

Je ne vous en dis pas plus sur l’intrigue car tout l’intérêt est de la découvrir par vous-même, mais je vous recommande ce roman, que j’ai trouvé pour ma part très réussi, et dont il serait dommage de passer à côté.


Adrien Sarrault, Un buisson d’Amarante, Daphnis et Chloé, 2013, 398 pages

 

Par alyane le Samedi 21 décembre 2013 à 12:27
Ton livre me tente pour les vacances bien au chaud.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://quelques.pages.cowblog.fr/trackback/3257681

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast