Quelques Pages

Mercredi 6 mars 2013 à 13:44

Littérature suédoise

http://quelques.pages.cowblog.fr/images/millenium3.jpgRésumé :
Que les lecteurs des deux premiers tomes de la trilogie Millénium ne lisent pas les lignes qui suivent s’ils préfèrent découvrir par eux-mêmes ce troisième volume d’une série rapidement devenue culte.

Le lecteur du deuxième tome l’espérait, son rêve est exaucé : Lisbeth n’est pas morte. Ce n’est cependant pas une raison pour crier victoire : Lisbeth, très mal en point, va rester coincée des semaines à l’hôpital, dans l’incapacité physique de bouger et d’agir. Coincée, elle l’est d’autant plus que pèsent sur elle diverses accusations qui la font placer en isolement par la police. Un ennui de taille : son père, qui la hait et qu’elle a frappé à coups de hache, se trouve dans le même hôpital, un peu en meilleur état qu’elle…

Il n’existe, par ailleurs, aucune raison pour que cessent les activités souterraines de quelques renégats de la Säpo, la police de sûreté. Pour rester cachés, ces gens de l’ombre auront sans doute intérêt à éliminer ceux qui les gênent ou qui savent.

Côté forces du bien, on peut compter sur Mikael Blomkvist, qui, d’une part, aime beaucoup Lisbeth mais ne peut pas la rencontrer, et, d’autres part, commence à se concocter un beau scoop sur des secrets d’Etat qui pourraient, par la même occasion, blanchir à jamais Lisbeth. Mikael peut certainement compter sur l’aide d’Armanskij, reste à savoir s’il peut encore faire confiance à Erika Berger, passée maintenant rédactrice en chef d’une publication concurrente.

Mon avis :
Avant toute chose, il est difficile de parler de ce dernier tome sans spoiler sur les deux premiers, donc si vous préférez garder le mystère de la série avant de la lire, ne lisez pas ma chronique ! Ce troisième tome débute en tout logique après la fin du deuxième, en d’autres termes, Lisbeth se retrouve à l’hôpital avec une balle dans la tête, une autre dans la hanche et une dernière dans l’épaule. Mais il en faut plus pour venir à bout de cette petite nana, et contre tout espoir, elle va s’en sortir sans aucune séquelle. Zalachenko, son père qu’elle déteste, est soigné dans la chambre voisine après avoir reçu une hache dans la tête.

Si Lisbeth regrette amèrement de ne pas avoir réussi à tuer son père, ce-dernier ne la dérangera pas longtemps, car un autre de ses ennemis se chargera de l’achever.

La majeure partie de ce roman correspond au procès de Lisbeth (et nombreux sont les chefs d’accusation, entre les vols, meurtres et autres infractions), c’est vous dire à quel point il est détaillé et complet. Pour la défendre, Mikael Blomkvist a trouvé une avocate de confiance en la personne de sa sœur, Annika Gianini. Si cette-dernière craint d’abord de ne pas être à la hauteur, elle va s’avérer formidable.

Tout au long du roman, quelques rappels sont faits des tomes précédents, ce qui permet de se remettre en mémoire l’intrigue centrale si la lecture des deux autres date un peu, ce qui était mon cas. Cela n’est pas superflu car ce roman est très dense, et les personnages secondaires sont assez nombreux, donc quelques remises en mémoires sont les bienvenues.

J’ai particulièrement apprécié ce troisième tome car Lisbeth y trouve enfin des alliés. Son avocate y est pour beaucoup car elle met au point un plaidoyer absolument génial, mettant à mal tout ses détracteurs.

La tâche de Mikael est ardue car il se consacre à la recherche de preuves en faveur de Lisbeth, mais il devra en même temps lutter contre des gens bien décidés à sauver l’honneur de Zalachenko et à faire disparaître nombre de dossiers.

Comme je l’ai dit, c’est un roman très dense. En effet la facette politique est très présente puisque certains protagonistes ont un pied dans le gouvernement et d’autres dans la police secrète, sans oublier le milieu journalistique avec Mikael et Erika ; autant d’élément passionnants mais d’autant plus complexes. L’auteur n’aurait pas pu mettre en place ce suspens et cette enquête si immersive, sans évoquer aussi la politique, car cette-dernière explique beaucoup de choses, elle est donc nécessaire.

Si cet élément est indispensable, il n’en est pas moins compliqué et dense, ce qui ralenti la lecture.

Les protagonistes sont pour beaucoup dans l’intérêt que je porte à cette série.
J’ai par exemple énormément apprécié Anders Jonasson, le chirurgien de Lisbeth, qui représente le corps médical qui rebute tant Lisbeth, mais qui sort du lot car il est compréhensif, patient, et plein d’humour.

Lisbeth est une jeune femme au caractère complexe. Même après trois tomes, le lecteur ne la cerne pas totalement et se pose encore des questions à son sujet. C’est une jeune femme dont la vie est loin d’être simple, et elle s’est forgé une carapace pour se protéger, que peu de gens arrive à briser, sauf peut-être Mikael. Dans ce tome, elle reste assez silencieuse comme à son habitude, mais cette fois-ci son mutisme est expliqué ce qui la rend d’autant plus attachante. On comprend par exemple qu’elle ne répond qu’à une question explicite et pas aux questions sous-entendues. On apprend également que si elle ne parle jamais à un représentant de la loi c’est parce que par le passé, personne ne l’a jamais cru.

Mikael est un personnage majeur de ce troisième tome, et s’il aide énormément Lisbeth dans l’ombre, les deux protagonistes ne se rencontrent presque pas.

Comme dans les deux tomes précédents, l’informatique occupe une place prédominante dans l’intrigue puisque c’est le domaine dans lequel Lisbeth est la plus à l’aise.
En outre cela ancre davantage le roman dans la réalité car les hackeurs informatiques, autrefois peu nombreux, sont maintenant légion car il suffit de s’y intéresser pour s’y mettre. De plus son ami virtuel Plaigue lui sera d’une aide précieuse dans ce tome en particulier.

Enfin, concernant l’objet-livre, j’ai la trilogie en grand format, et elle est très agréable à lire car les pages ne sont pas surchargées et la police est très jolie, ce qui n’enlève rien.

Si vous ne connaissez pas encore cette série, je vous la recommande volontiers, de même que les adaptations de Daniel Alfredson, qui, bien que moins approfondies, restent très sympas à visionner.

Stieg Larsson, La reine du palais des courants d’air (Millénium tome 3), Actes Sud, 710 pages, 2007. Traduit du suédois par Lena Grumbach et Marc de Gouvenain.

 

La trilogie Millénium :

1. Les hommes qui n'aimaient pas les femmes (mon billet)
2. La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette (mon billet)
3. La reine dans le palais des courants d'air

Mercredi 2 février 2011 à 11:54

Littérature suédoise

millenium2.jpgRésumé :
Tandis que Lisbeth
Salander coule des journées supposées tranquilles aux Caraïbes, Mikael Blomkvist, réhabilité, victorieux, est prêt à lancer un numéro spécial de Millénium sur un thème brûlant pour des gens haut placés : une sombre
histoire de prostituées exportées des pays de l'Est. Mikael aimerait surtout revoir Lisbeth. Il la retrouve sur son chemin, mais pas vraiment comme prévu : un soir, dans une rue de Stockholm, il la voit échapper de peu à une agression manifestement très planifiée. Enquêter sur des sujets qui fâchent mafieux et politiciens n'est pas ce qu'on souhaite à de jeunes journalistes amoureux de la vie. Deux meurtres se succèdent, les victimes enquêtaient pour Millénium. Pire que tout, la police et les médias vont bientôt traquer Lisbeth, coupable toute signée et qu'on a vite fait de qualifier de tueuse en série au passé psychologique lourdement chargé. Mais qui était cette gamine attachée sur un lit, exposée aux caprices d'un maniaque et qui survivait en rêvant d'un bidon d'essence et d'une allumette ? S'agissait-il d'une des filles des pays de l'Est, y a-t-il une hypothèse plus compliquée encore ? C'est dans cet univers à cent à l'heure que nous embarque Stieg Larsson qui signe avec ce deuxième volume de la trilogie Millénium un thriller au rythme affolant.

Commencé le
9-01-2011

Terminé le 31-01-2011

Mon avis :
Ce tome nous en dévoile davantage sur Lisbeth Salander, ce qui m'a bien plu. Je trouve ce personnage fascinant. Les premières pages centrées sur les mathématiques n'ont rien pour me plaire mais cela ne m'a pas empêché de continuer et d'apprécier ce livre dès le départ.
Une fois de plus les deux protagonistes se retrouvent mêlés à une enquête sombre et vraiment louche. Cette enquête m'a tenu en haleine et j'aime beaucoup le suspens qui s'en dégage. Et puis imaginer Lisbeth Salander en Irène Nesser riche en train d'équiper sa demeure, est plutôt paradoxal. Ah et cette virée en Harley Davidson est bien trouvée. Cette scène m'a bien plu. Les sensations que ressent Lisbeth sont pour le coup bien décrites et cela m'aurait même donné envie d'essayer. Mikaël et Lisbeth ne se rencontrent presque pas mais ils communiquent malgré tout, et même si Lisbeth a prit de la distance à cause de ce qu'elle a vu à la fin du tome 1 (je n'en dirai pas plus petits curieux) j'ai apprécié de les revoir échanger leurs théories.

En revanche j'ai remarqué pas mal de coquilles ce qui n'est pas des plus plaisant. Et puis certains disent qu'ils ne l'ont pas lâché (se faisant alors des nuits blanches rien que pour connaître la fin) mais en ce qui me concerne ce livre ne m'a pas empêché de m'endormir. Alors qu'en penser ? Je ne suis peut-être pas entrée dans ce livre autant que j'aurais du ! Le fait est que même si (comme dit plus haut) j'ai aimé ce suspens et que j'ai été intriguée par cette enquête, j'ai pris beaucoup de temps pour le lire.

Je mettrais un bémol aux dialogues, que j'ai trouvé parfois peu naturels.

Les derniers chapitres sont palpitants, on en apprend un peu plus à chaque pages, et les noeuds se démêlent peu à peu. Sans vouloir en dévoiler trop à ceux qui ne connaissent pas encore ce tome, j'ai bien aimé (sadique que je suis) l'état pitoyable dans lequel finis Zala et le géant blond.

Et puis Lisbeth en mort vivante, je ne l'aurais pas imaginer, c'est pour le moins original et étonnant.

En conclusion malgré quelques bémols j'ai pris du plaisir à découvrir ce deuxième tome.

Stieg Larsson
, La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette (Millénium tome 2), Actes Sud, Actes noirs, novembre 2006


La saga Millénium :

1. Les hommes qui n'aimaient pas les femmes (mon billet)
2. La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette
3. La reine dans le palais des courants d'air (mon billet)

Mercredi 2 février 2011 à 11:34

Littérature suédoise

Millenium-T1.jpgRésumé :
Ancien rédacteur de Millénium, revue d'investigations sociales et économiques
, Mikael Blomkvist est contacté par un gros industriel pour relancer une enquête abandonnée depuis quarante ans. Dans le huis clos d'une île, la petite nièce de Henrik Vanger a disparu, probablement assassinée, et quelqu'un se fait un malin plaisir de le lui rappeler à chacun de ses anniversaires. Secondé par Lisbeth Salander, jeune femme rebelle et perturbée placée sous contrôle social mais fouineuse hors pair, Mikael Blomkvist, cassé par un procès en diffamation qu'il vient de perdre, se plonge sans espoir dans les documents cent fois examinés, jusqu'au jour où une intuition lui fait reprendre un dossier. Régulièrement bousculés par de nouvelles informations, suivant les méandres des haines familiales et des scandales financiers lancés bientôt dans le monde des tueurs psychopathes, le journaliste tenace et l'écorchée vive vont résoudre l'affaire des fleurs séchées et découvrir ce qu'il faudrait peut-être taire. A la fin de ce volume, le lecteur se doute qu'il rencontrera à nouveau les personnages et la revue Millénium. Des fils ont été noués, des portes ouvertes.

 

 

Commencé le 20-12-2010
Terminé le 7-01-2011

 

Mon avis :
Comme je l'avais entendu dire, le début évoque beaucoup la sphère économique. Je pensais donc devoir m'accrocher pour continuer mais en réalité ça n'a pas été le cas, car je suis vraiment entrée dans l'histoire dès le départ et cette facette économique n'est pas du tout ennuyeuse.
Dès le départ
j'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre car l'écriture est géniale, et j'aime beaucoup le style. Ensuite j'ai bien accroché avec les personnages, aussi bien Mikael Blomkvist que Dragan Armanskij ou encore Lisbeth Salander. Comme je l'avais entendu également, l'auteur répète régulièrement le nom entier des personnages, et ça permet de ne pas se perdre parmi eux. J'ai bien aimé découvrir petit à petit les deux protagonistes.
J'ai trouvé l'île d'Hedeb
yön très étrange. Toute cette famille est vraiment bizarre. Je me suis amusée à chercher le coupable, on soupçonne tous les habitants les uns après les autres. On dispose d'assez d'éléments pour émettre des suppositions, mais pas assez pour trouver comment Harriet a disparu. Plus Mikaël avance dans son raisonnement, et plus l'histoire est palpitante, surtout lorsqu'un habitant se sent menacé.
A la fin je ne pouvais plus l
e lâcher. Les derniers chapitres sont les plus intéressants à mon goût car chaque nœud est démêlé. On sent que la relation entre Lisbeth et Mikaël va évoluer dans les tomes suivants.
En conclusion
je me suis régalée. Il y a beaucoup de suspens, ce qui nous donne toujours envie de tourner la page. Je lirai le tome suivant avec plaisir.

 

Stieg Larsson, Les hommes qui n'aimaient pas les femmes (Millénium tome 1), Actes Sud, Actes noirs, juin 2006

La saga Millénium :

1. Les hommes qui n'aimaient pas les femmes
2. La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette (mon billet)
3. La reine dans le palais des courants d'air (mon billet)

<< Page précédente | 1 | Page suivante >>

Créer un podcast