cartoon.jpgCinéma, télévision, presse, musique... à Hollywood, les studios Lamaar sont un véritable empire du divertissement. Joyau du groupe : Familyland, un parc d’attractions mondialement connu, symbole du rêve et des valeurs traditionnelles.

Lorsque l’acteur qui interprète la mascotte du parc est assassiné et qu’on lui découvre un passé pédophile, la réputation de Familyland se trouve menacée. Et quand un second cadavre est retrouvé, l’empire Lamaar tout entier commence à vaciller.

C’est dans cet univers où toute vérité n’est pas bonne à dire, celui de la communication, que Lomax et Briggs, deux flics du LAPD, vont enquêter, avec pour seules armes leur intégrité et leur complicité. Avec Cartoon, roman hors normes, Marshall Karp renouvelle le genre avec humour en mêlant à une intrigue démentielle une formidable critique sociale.

Commencé le 11-02-2011

Terminé le 15-02-2011

Bon il faut dire qu'en ce moment mon envie littéraire penche plus vers les classiques que vers les polars, donc je pense que cela vient en grande partie de moi, cependant je me suis ennuyée. L'histoire commence avec une succession de meurtres d'hommes incarnant des personnages de dessin animé dans un parc d'attraction. Le narrateur est l'un des policiers chargés de l'enquête. Mike vient de perdre sa femme d'un cancer, séquence émotion lorsqu'il reçoit des lettres qu'elle avait écrites pendant sa chimiothérapie, schéma fort connu et déjà utilisé à moult reprises. Je ne veux pas être trop dure dans la mesure où lu un autre jour, ce polar aurait pu me plaire qui sait ? Mais je me suis forcée à le lire jusqu'au bout. Je reconnais objectivement que l'écriture n'est pas mauvaise, et c'est avec cette litote que je veux dire que le style n'est pas proustien mais assez fluide. L'enquête se déroule, et en fond, la vie privée de Mike (un modèle de vertu). Il donne sa casquette à un petit cancéreux qui veut devenir policier s'il ne meurt pas. Puis il rencontre une femme, mais a du mal à s'engager car repense à sa femme décédée. Malgré une enquête qui le fait bosser, je cite "vingt-cinq heures sur vingt-quatre", il trouve le temps de coucher avec la mère d'Hugo le jeune cancéreux, et de lui faire l'amour 3 fois, quel homme ! Dans les dernières pages l'enquête se résout, Mike est heureux avec Diana (la mère d'Hugo), et il reçoit les 8ème et 9ème lettres de Joanie sa femme. Un happy end tout beau tout rose, on est tellement content.

Marshall Karp, Cartoon (The Rabbit Factory), Livre de Poche, 633 pages. Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Jean-Luc Piningre.

 

Lu dans le cadre du Prix livre de Poche

Février 2/2

Prix-des-lecteurs-2011.jpg