autobiographievisage.gif

« Beaucoup de gens donneraient n'importe quoi pour ne pas passer inaperçus, anonymes dans la foule ; moi, ça n'a jamais été mon problème. J'étais spéciale. Ma différence, c'était la croix que je devais porter, mais en avoir conscience constituait une compensation. Quand j'étais petite, avant ma maladie, j'avais toujours voulu être unique, différente des autres. Pouvait-on considérer que j'étais l'artisan de ma nouvelle identité ? »

À 9 ans, on diagnostique chez Lucy un cancer dont le pronostic vital est très faible. Elle passe son enfance et son adolescence entre l'hôpital, la maison, l'école, confrontée à l'évidence écrasante de sa maladie : un tiers de sa mâchoire a disparu.
Dans ce récit plein de grâce, parfois dur, teinté d'humour noir, Lucy Grealy aborde avec une rare franchise des questions universelles : comment donner sens à l'absurdité d'une longue maladie? y a-t-il vraiment du courage à taire sa souffrance? faut-il se plier à la dictature de l'image? comment trouver son identité, lorsqu'on ne sait plus quel est son vrai visage? Pour en avoir fait l'expérience, Lucy Grealy a su saisir la contradiction entre le besoin d'être aimé d'abord pour ce que l'on est, et la volonté secrète et désespérée d'être "parfait".

Commencé le 17-10-2010
Terminé le 21-10-2010

J'ai acheté ce livre sur les conseils du libraire Gérard Collard, qui fait une chronique au Magazine de la Santé. J'aime beaucoup ce qu'il dit, et je n'ai jamais été déçue d'un livre acheté après avoir vu sa chronique.
C'est effectivement un livre génial. Dès le départ, on est très proche de la protagoniste. Son récit est très émouvant.
C'est aussi un témoignage très dur. La petite fille a entre 8 et 14 ans pendant son traitement, et elle est très touchante. De plus l'un des chapitres fait le récit d'un secteur de l'hôpital qui fait des tests sur les animaux, alors autant vous dire que c'est très dur. D'une manière plus générale, c'est un témoignage qui ouvre les yeux sur le cancer et son traitement, ce qui m'était étranger. On comprend mieux les difficultés de suivre une chimiothérapie par exemple. Et puis cette petite fille a des réflexions très matures sur le monde.

Lucy Grealy, Autobiographie d'un visage, Autrement