reve-village.jpg

Sous les rayons du soleil couchant, la plaine du Henan est rouge, rouge comme le sang. Ce sang que vendent les habitants du Village des Ding pour connaître une vie meilleure. Mais, quelques années plus tard, atteints de " la fièvre ", ils se flétrissent et quittent ce monde, emportés par le vent d'automne comme des feuilles mortes. Seul le fils du vieux Ding, qui a bâti sa fortune sur la collecte du sang, continue de s'enrichir en vendant des cercueils et en organisant des " mariages dans l'au-delà " pour unir ceux que la mort a séparés.
Le Rêve du Village des Ding est un roman bouleversant. Bouleversant par la tragédie qu'il raconte, bouleversant parce qu'il n'est que la fiction d'une réalité plus terrible encore. C'est l'histoire de centaines de milliers de paysans du Henan contaminés par le sida que l'auteur évoque dans ce roman d'une émotion poignante, traversé de rêves et de prémonitions. " Colère et passion sont l'âme de mon travail ", dit Yan Lianke.
Son livre est aujourd'hui interdit en Chine et l'auteur privé de parole.


J'ai adoré, et je conseille ce magnifique roman. On en apprend beaucoup sur certaines pratiques révoltantes se déroulant en Chine.
Il dénonce la bêtise des gens qui exploitent la crédulité des villageois pauvres. Des pauvres gens ont l'espoir de gagner de l'argent en donnant leur sang, donc chacun y passe, mais les conditions d'hygiène sont déplorables et le sida se transmet entre les donneurs. Ainsi le seul qui gagne de l'argent est le fabricant de cercueils, triste ironie !

Lianke YAN, Le rêve du village des ding, Picquier Poche