Quelques Pages

Samedi 14 juin 2014 à 23:12

Littérature USA

http://quelques.pages.cowblog.fr/images/dossier2/50shades3.gifRésumé :
La rencontre d’Ana Steele et de Christian Grey, chef d’entreprise ambitieux mais tourmenté, les a précipités dans une histoire d’amour torride qui a irrémédiablement bouleversé leurs existences.

Ana a toujours su que ses amours avec son Cinquante Nuances seraient orageuses : leur vie commune pose des défis que ni l’un ni l’autre n’avaient envisagés. Ana doit apprendre à partager le style de vie opulent de Grey sans sacrifier sa propre intégrité ou son indépendance ; Grey doit surmonter son obsession de tout contrôler, et exorciser les horreurs qui le hantent.

Enfin réunis, ils ont tout : l’amour, la passion, l’intimité, la richesse et une infinité de possibles.

Mais alors même que la vie les comble, le malheur et le destin conspirent pour plonger Ana dans le pire des cauchemars…

Mon avis :
C'est suite à l'engouement suscité par cette trilogie que j'ai décidé de me plonger dans les romans de E.L. James, et si j'ai beaucoup aimé le premier, je n'ai lu celui-ci que pour aller au bout de cette histoire et passer à autre chose. En effet là où le premier avait le mérite d'être intriguant et nous faisait tourner les pages pour en savoir toujours plus, les deux autres n'ont pas grand intérêt car l'intrigue tourne en rond. Le schéma est toujours le même à savoir un Christian mystérieux et lunatique (oui car si notre héroïne l'appelle poliment "cinquante nuances", il ne s'agit de rien d'autre que ça), et une Ana idiote et influençable.

Ainsi les tomes se suivent et se ressemblent. Certes il persiste quelques scènes coquines de rigueur histoire de justifier le genre dans lequel se classe la trilogie, cependant on est bien loin du sado-masochisme revendiqué. En effet nos deux protagonistes s'éloignent bien vite des pratiques un peu violentes et singulières dont raffole Christian dans le premier tome, pour se consacrer à leur petite vie de couple tranquille et bien rangée.

Est-il besoin de préciser que la plume n'a pas évolué d'un iota en trois tome ? Le style est enfantin au possible et on ne peut s'empêcher de penser qu'il aurait été utile de corriger les épreuves avant sa publication.

Pour conclure, une série qui vaut le coup pour la curiosité mais uniquement en s'arrêtant au premier tome.
Alors quid de l'adaptation ? Je pense que j'irai malgré tout voir le film par curiosité, les trailers m'ayant intriguée !


EL James, Cinquante nuances plus claires, JC Lattès, 2013, 600 pages. Traduit de l’anglais par Denyse Beaulieu.


La trilogie Fifty Shades

1. Cinquante nuances de Grey (mon billet)
2. Cinquante nuances plus sombres (mon billet)
3. Cinquante nuances plus claires



Lundi 30 décembre 2013 à 7:00

Littérature USA

http://quelques.pages.cowblog.fr/images/whenbeautytamedthebeast.jpgRésumé :
Miss Linnet Berry Thrynne is a Beauty…
Naturally, she’s betrothed to a Beast.
Piers Yelverton, Earl of Marchant, lives in a castle in Wales where, it is rumoured, his bad temper flays everyone he crosses. And rumor also has it that a wound has laft the earl immune to the charms of any woman.
Linnet is not any woman.
She is more than merely lovely: her wit and charm brought a prince to his knees. She estimates the earl will fall madly in love-in just two weeks.
Yet Linnet has no idea of the danger posed to he own heart by a man who may never love her in return.
If she decides to be very wicked indeed… what price will she pay for taming his wild heart?

Mon avis :
Eloisa James s'est employée dans ce roman à réécrire l'histoire de La Belle et la Bête. Ce récit est définitivement moderne, et parfaitement réussi. Il s'agit d'une romance mettant en place deux protagonistes, Miss Thryne et Piers Yelverton, deux héros très attachants et singuliers.

Nos deux héros n'ont à priori rien de commun, et la jeune fille appréhende un peu sa rencontre avec un homme dont elle n'entend pas que du bien. Cependant elle n'a pas le choix, et va devoir s'adapter, elle qui ne rêve que de belles histoires idéales. Linnet m'a beaucoup plu, je l'ai trouvé parfois un peu naïve, tout en restant intéressante et drôle.

Cependant le personnage le plus charismatique reste pour moi Piers Yelverton, dont l'inspiration assumée vient de Dr House. Piers n'a de "bête" que sa réputation car cet homme, bien que marqué par la vie, laisse place à des dialogues très drôles et pleins de piques.

De plus l'activité de médecin de Piers donne le pendant à la romance, mettant en place des scènes plus dynamiques, ce qui donne du rythme au roman. Les fans du diagnosticien boiteux seront comblés, car le personnage est très bien retranscrit.

Pour conclure, pas de mièvreries dans cette romance, qui est très bien menée, très drôle et vraiment prenante du début à la fin.


Eloisa James, When Beauty tamed the Beast, Avon historical romance, 2011, 374 pages.

Vendredi 22 février 2013 à 7:00

Littérature anglaise

http://quelques.pages.cowblog.fr/images/50shades2.jpg

Dépassé par les sombres secrets de Christian Grey, Ana Steele a mis un terme à leur relation pour se consacrer à sa carrière d’éditrice. Mais Grey occupe toujours ses pensées et, lorsqu’il lui propose un nouvel accord, elle ne peut y résister.

Peu à peu, elle découvre le douloureux passé de son sulfureux M. Cinquante Nuances. Tandis que Christian lutte contre ses démons intérieurs, Ana doit prendre la décision la plus importante de sa vie…


Que dire de ce second tome ? Mon avis est assez mitigé donc commençons par mon premier ressenti, j’ai été déçue de ce roman. Tout d’abord, je suis moins entrée dans l’histoire que lors de ma lecture du premier tome. J’avais trouvé le premier très addictif, au-delà même de toute logique, mais ça n’a pas été le cas de celui-ci, pour tout vous dire, je l’ai lu sur plus d’une semaine (alors que j’avais lu le premier en deux jours). J’ai pris du recul par rapport aux protagonistes (ce qui n’a pas été complètement négatif, mais j’en reparlerai plus loin), et en conséquence j’ai été moins touchée par eux.
L’intrigue se déroule sur à peine trois semaines, ce qui donne peu de crédibilité à l’histoire, car durant ce lapse de temps, il se passe un nombre de choses absolument incroyable ! Pourquoi tant de haine ? L’histoire aurait gagné en vraisemblance si l’auteur avait espacé un peu les péripéties dans le temps.
Et paradoxalement, je reproche quelques longueurs à ce tome. C’est totalement incohérent, me direz-vous, mais c’est comme ça ! Les longueurs s’expliquent par le fait que le schéma qui unit les deux héros est toujours le même. Entre les interrogations de la jeune Ana, les mystères de Christian, leurs disputes entrecoupées de leurs réconciliations, le lecteur tourne les pages et lit toujours la même chose ! En conséquence je me suis ennuyée pendant une bonne partie du roman, ce qui m’a empêché d’apprécier pleinement ma lecture.
Concernant le style,  j’ai trouvé que certaines expressions n’avaient pas leur place dans un roman. Je me rappelle d’une par exemple qui ressemblait à quelque chose comme « Il est juste trop sexy ». Euh … mais encore ? Bon à part ça, le style est plutôt fluide donc je n’ai rien relevé de particulier, et puis rien ne sert d’enfoncer une porte ouverte !

Passons maintenant aux raisons qui m’ont fait aimer malgré tout ce roman. En effet si je me suis ennuyée durant ma lecture, il est à noter que l’intrigue garde une dynamique. Les deux héros construisent quelque chose, ils avancent dans leur couple, et ils mûrissent. Ana et Christian font tous deux des concessions, ce qui est plutôt appréciable.
Dans ce second tome, le voile se lève en partie sur le passé de Christian, expliquant beaucoup de choses, et le rendant d’autant plus attachant.
Comme je le disais plus haut, j’ai pris du recul par rapport au premier tome, ce qui m’a permis d’apprécier davantage Christian, en le prenant au second degré, et en cela j’ai davantage aimé ce personnage si troublant.
Vous l’aurez compris, mon impression générale sur ce deuxième tome est plutôt négative, mais j’ai le troisième tome et je vais donc le lire afin de boucler la boucle et de connaître la fin de cette histoire d’amour si singulière.


EL James, Cinquante nuances plus sombres (Trilogie Fifty Shades, tome 2), JC Lattès, 594 pages, 2013, 2011 pour la première publication. Traduit de l’anglais par Aurélie Tronchet

La trilogie Fifty Shades :

1. Cinquante nuances de Grey
2. Cinquante nuances plus sombres
3. Cinquante nuances plus claires

Jeudi 15 novembre 2012 à 6:00

Littérature anglaise

http://quelques.pages.cowblog.fr/images/cinquantenuancesgreyeljamesLDthb7f.jpgRomantique, libérateur et totalement addictif, ce roman vous obsédera, vous possédera et vous marquera à jamais.
 
Lorsqu’Anastasia Steele, étudiante en littérature, interviewe le richissime jeune chef d’entreprise Christian Grey, elle le trouve très séduisant mais profondément intimidant. Convaincue que leur rencontre a été désastreuse, elle tente de l’oublier – jusqu’à ce qu’il débarque dans le magasin où elle travaille et l’invite à un rendez-vous en tête-à-tête. 

Naïve et innocente, Ana ne se reconnait pas dans son désir pour cet homme. Quand il la prévient de garder ses distances, cela ne fait que raviver son trouble.

Mais Grey est tourmenté par des démons intérieurs, et consumé par le besoin de tout contrôler. Lorsqu’ils entament une liaison passionnée, Ana découvre ses propres désirs, ainsi que les secrets obscurs que Grey tient à dissimuler aux regards indiscrets…

Parlons donc de ce roman qui fait tant parler de lui !
Tout d'abord, notez-le, il n'est pas à la hauteur de sa polémique, ça c'est sûr.
Et oui parce que la plupart des critiques de ce roman sont rédigées par des gens ayant lu un résumé de quelqu'un qui lui-même ne l'avait pas lu, et de cette façon, n'est-ce pas, on a vite fait de s'éloigner complètement du roman de départ.

Oui mais moi je l'ai lu, et je vais tenter de vous donner une opinion objective.
Alors quid de mon opinion ? J'ai acheté ce roman après l'avoir vu dans les nouveautés de ma librairie, et bien sûr j'ai été intriguée par cette polémique. Et puis n'arrivant pas à lire en ce moment, je voulais du léger !
Dans la catégorie roman léger justement, il remplit son contrat, et après tout on ne lui en demande pas plus.

J'ai passé un bon moment de lecture avec ce roman, qui s'avère d'ailleurs très addictif mais j'explique ce point plus loin.
L'héroïne (ou plutôt anti-héroïne, puisqu'elle est un peu maladroite), est Anastasia Steele, une jeune femme de 21 ans qui vient de valider sa licence de Lettres. Elle rencontre Christian Grey, le fameux milliardaire so sexy et so riche, par hasard, alors que sa colocataire Kate est malade et ne peut pas l'interviewer comme prévu.
Ainsi c'est Ana qui se dévoue, et cette première rencontre (rappelons qu'elle tombe à quatre pattes en entrant dans son bureau) va la bouleverser à jamais.
Christian quant à lui est, comme on l'a dit, sexy, riche, mystérieux, beau, et célibataire, alors que cache-t-il ? Une forte attirance pour le BDSM. Rien que ça.
Alors le monsieur étant très intéressé par Ana, et vice-versa, il lui propose de passer un contrat qui définira les règles à respecter, et les limites à ne pas dépasser dans leurs ébats. Et c'est exactement ça qui rend ce roman si addictif, car Ana réfléchit beaucoup à ce contrat (son coeur balance entre son attirance pour Christian qui lui fait dire "oh oui prend moi" et sa conscience qui lui fait dire "non tu vas avoir mal !").
Les scènes de sexe justement, sont nombreuses et assez bien écrites pour tirer quelques soupirs à la lectrice. Oui car même si on n'est pas branché "Fais moi mal" ces scènes ne sont pas aussi violentes qu'on pourrait le penser, d'autant plus qu'Ana arrive à plusieurs reprises à convertir Christian au "sexe-vanille" (comprenez ici la nuance entre faire l'amour et baiser).

Vous l'aurez compris, si on n'attend peu de choses de ce roman, on est comblé ! J'ai aimé ma lecture et je ne regrette pas d'avoir découvert ce roman, mais je ne suis pas encore sûre de lire les deux suivants, et j'en viens donc aux points négatifs.

Dans un soucis d'objectivité qui est le mien, je me dois de vous mettre en garde face à quelques points négatifs, vous lecteurs !

Tout d'abord ce roman a été traduit à la truelle (oh que j'aime cette expression, c'est si expressif, vous ne trouvez pas ?) mais reste à savoir sur quel texte a travaillé la traductrice ! On ne fait pas un chef-d'oeuvre d'un roman de base est mal écrit. Et je ne me prononcerai pas à ce sujet car je n'ai pas lu la VO. Ensuite (et là je ne démentirai pas cette remarque qui a déjà été faite à plusieurs reprises), c'est vrai qu'on a envie d'offrir un dictionnaire des synonymes à l'auteur !
Vous l'aurez compris, le style n'est pas au rendez-vous, mais comme je l'ai déjà dit, il ne faut pas en attendre trop de ce roman.

Un mot enfin, concernant l'association facile Romance = Erotisme, ce roman n'est pas là pour démentir cette idée reçue, mais j'ai pour ma part acheté ce roman en connaissance de cause, et dois-je vous rappeler que
Les Princesses sont là pour nous apprendre qu'il y a Romance et Romance ?!

Le billet de
Chi-Chi sur la trilogie.

EL James, Cinquante nuances de Grey, JC Lattès, octobre 2012 pour la traduction française, 560 pages. Traduit de l'anglais par Denyse Beaulieu.

<< Page précédente | 1 | Page suivante >>

Créer un podcast