Quelques Pages

Vendredi 23 novembre 2012 à 16:00

Littérature USA

http://quelques.pages.cowblog.fr/images/librio103.jpgRésumé :
Sur le lino vert du pénitencier, Mister Jingles gît dans son sang. Dans ses petits yeux noirs de souris, une expression d'agonie et de stupeur bien trop humaine... Au dessus de lui, Percy sourit. Et le hurlement de Delacroix n'y change rien...
Le tonnerre, ce jour-là, n'avait cessé de gronder. Le ciel était lourd de nuages, déchiré d'éclairs... Une tornade meurtrière s'était levée. Les éléments déchaînés protestaient. C'était l'exécution de Delacroix...
Autour de la chaise électrique, Percy s'affaire. Il jubile. C'est son heure... C'est lui qui pose le masque sur le visage du condamné, lui qui lève la main pour...
Mais quelque chose ne va pas ! Oh ! un simple détail... Les autres n'ont rien vu ! Et cette fois, hélas, John Caffey, oui, John Caffey lui-même n'y peut rien...

Mon avis :
Cet épisode commence avec Paul nous expliquant qu'un employé de sa maison de retraite, Brad, lui rappelle Percy, le garde avec qui il travaillait au bloc E. Percy, celui-là même qui a écrasé Mister Jingles par pure méchanceté.

Et cet épisode va permettre à John Caffey de réitérer un miracle. En effet, il demande qu'on lui tende la souris, et il lui redonne vie. Il semblerait que cet homme si puissant, au regard si triste, ait le pouvoir d'ôter le mal d'un corps.

Percy est au summum de sa méchanceté dans cet épisode. Malheureusement pour Delacroix, c'est Percy qui dirigera son exécution, et ce dernier ne va pas hésiter à volontairement laisser l'éponge sèche sur le crâne du français, afin de ralentir l'électrocution et de le faire mourir dans d'atroces souffrances, au lieu de faire ça proprement comme Paul et ses collègues en avaient l'habitude.

Le dernier jour de Delacroix est très émouvant, notamment son touchant au-revoir à Mister Jingles. Cet élément fait de cet épisode le plus touchant selon moi.

Après avoir compris que John était un vrai gentil, Paul a une idée, il souhaite emmener John voir Melinda (la femme de son patron) pour la guérir de son cancer comme il l'a fait à plusieurs reprises. Autant dire que ce n'est pas sans risque, et que s'il est découvert, il peut perdre sa place. Mais il en faut plus pour faire peur à Paul, et il en parle à ses collègues, sauf Percy bien sûr, qui n'a plus à prouver ses mauvaises intentions. Bien sûr ses collègues seront sur le coup, l'équipe étant très soudée. C'est l'épisode qui m'a le plus émue, et j'ai hâte de  terminer cette sublime histoire.

Stephen King, La ligne verte, épisode 4, La mort affreuse d'Edouard Delacroix, Librio, 1996, 90 pages.

La ligne verte en épisodes :

1. Deux petites filles mortes (mon billet)
2. Mister Jingles (mon billet)
3. Les mains de Caffey (mon billet)
4. La mort affreuse d'Edouard Delacroix
5. L'équipée nocturne (mon billet)
6. Caffey sur la ligne (mon billet)

Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://quelques.pages.cowblog.fr/trackback/3217512

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast