Quelques Pages

Lundi 29 décembre 2014 à 23:17

Littérature japonaise

http://quelques.pages.cowblog.fr/images/dossier2/51ibpgrqdPL.jpgRésumé :
Dans un pays asiatique imaginaire existe un programme gouvernemental connu sous le nom de «Battle Royale». Chaque année, une classe de 3e est choisie au hasard, emmenée sur une île coupée du monde, et les collégiens doivent combattre entre eux jusqu’à ce qu’il ne reste qu’un survivant… Ceci afin de servir d’exemple à la population, à la jeunesse particulièrement, et aussi de recueillir des statistiques sur le temps mis par le champion à éliminer ses camarades.

Mon avis :
J'ai découvert l'adaptation cinématographique avant même de connaître l'existence de ce roman et, aimant beaucoup ce film, mon chéri m'a offert le roman pour Noël.

Je me suis donc très vite plongée dans cette lecture, et je ne regrette pas cette découverte car j'ai adoré ce roman.
Il débute par une explication sur les matchs de catch, appelés "Battle Royale" lorsque le combat se déroule sans règles, avec plusieurs catcheurs en même temps sur le ring, dont le but est de tuer tous les autres pour rester seul vainqueur.
Cette explication débouche sur le début du roman, lorsqu'une classe de troisième est enlevée et emmenée sur une île inconnue. Lorsque les 42 élèves se réveillent, on leur explique qu'ils vont devoir s'entre tuer.

Cette trame, assez simpliste, va laisser place à 800 pages passionnantes et addictives dans lesquelles on va suivre chaque élève de la classe, leurs péripéties et leurs tentatives de survie.

Bien sûr les protagonistes ne sont pas consentants, et si au départ plusieurs tentent de s'opposer au concept du jeu, ils finissent malgré eux par devenir des chasseurs, poussés par l'instinct de survie.
Ainsi les élèves vont beaucoup changer lors de ce jeu, certains devenant même acharnés et très agressifs.

Le fil narratif va nous amener à suivre chaque élève, nous montrant un point de vue sur l'aventure puis passant à un autre élève et ainsi de suite ; de façon à ce que le lecteur connaissent l'histoire de chacun des 42 élèves.

Cependant si le narrateur suit chaque protagoniste et sait ce qui arrive à chacun, il fait l'impasse sur certains moments, et la fin nous réserve quelques surprises.

Comme je l'ai dit le lecteur vit donc l'aventure avec chaque élève, et ceux-ci nous deviennent familiers, à tel point qu'il est difficile de les voir mourir les uns après les autres.

Ce roman se révèle donc très addictif et vraiment passionnant, et je ne peux que vous le recommander. Pour les personnes ayant déjà visionné le film, sachez que ce roman vaut la peine d'être découvert, car les personnalités sont beaucoup plus développées, et les scènes de tuerie sont encore plus glauques !

J'ai été intriguée par le personnage du professeur Kinpatsu Sakamochi, qui m'a fait me poser des questions sur son intérêt à mener ce jeu atroce. Alors certes on comprend les choses peu à peu au fil de la lecture, mais je trouve que ça reste un personnage intriguant.

La traduction a été assurée par trois personnes, et je ne peux juger le style que sur cette version traduite, mais je la trouve très réussie ; la lecture est fluide, plaisante et même les jeux de mots passent car les notes de bas de page sont judicieusement placées.

Pour conclure, j'ai adoré ma lecture et je me suis régalée. Je remercie encore mon chéri, s'il lit ces mots, de m'avoir offert ce superbe roman, qui ne laisse pas indifférent.


Koushun Takami, Battle Royale, Livre de Poche, 1999, 830 pages. Traduit du japonais par Patrick Honnoré, Tetsuya Yano et Simon Nozay.

Jeudi 25 octobre 2012 à 7:00

Littérature japonaise

http://quelques.pages.cowblog.fr/images/hanalei.jpgCe livre-audio m'a été offert par les éditions Audiolib, et je les en remercie !  J'avais participé à un jeu Facebook, et ayant perdu, ce livre était le lot de consolation, ce qui un gentil geste. Il est composé de deux nouvelles, extraites du roman Saules aveugles, femme endormie. Je suis très mitigée sur cette écoute, voire même déçue. La première nouvelle, La baie de Hanalei, est jolie mais ne m’a vraiment pas emportée tout de suite. J’ai du l’écouter deux fois avant de la comprendre, ce qui veut déjà dire beaucoup ! Nous découvrons Sashi, une jeune femme, qui perd son fils surfeur, elle part donc pour identifier le corps et son périple est assez étrange, entre autre elle joue du piano dans un restaurant, qui est de plus en plus fréquenté parce que l’ambiance qu’elle y crée est agréable. Elle rencontre un marine, qui lui parle de la guerre. On se laisse porter par l’histoire mais on ne sait pas trop où l’auteur veut en venir. Ceci dit c’est une jolie histoire.

Les Crabes en revanche, m’ont carrément déplus. Pourtant j’aime la littérature japonaise, et je n’ai jusque là jamais été déçue mais ici j’ai interrompu l’écoute tellement cette nouvelle est triviale Je ne vous en dis pas plus au risque de vous gacher la nouvelle mais elle n’a clairement pas fonctionnée avec moi. La nouvelle est au départ très sympa mais rapidement elle devient écoeurante, et je n’ai pas voulu me dégouter pour voir comment elle allait se terminer.

Concernant la dernière partie du disque, il s’agit d’extraits de 1Q84, et là j’ai davantage aimé. Le premier extrait nous présente un concours de textes. Tengo, a un coup de cœur pour le texte d’une jeune lycéenne, «La chrysalide de l’air » et en parle avec enthousiasme à son collègue Komatsu, qui semble peu emballé, mais on devine qu’il ne laissera pas tomber ce texte. Le second extrait relate l’histoire de Ahomame, une jeune femme qui se prépare à faire une séance d’acuponcture sur Mihama, un jeune homme, et la nouvelle est presque uniquement un monologue intérieur sur l’angoisse de la jeune femme face à sa première séance. Elle craint de piquer l’aiguille au mauvais endroit et pendant ce temps l’homme s’impatiente.

Comme vous le voyez les nouvelles ne se valent pas, et je suis très mitigée face à cette écoute, mais pour finir sur une note positive, j’ai adoré la voix de la lectrice Irène Jacob. Elle est à la fois douce et reposante, sans tomber dans l’ennui. La voix donne vraiment un intérêt à ce livre-audio, et si je n’ai pas été convaincue par toutes les nouvelles, j’ai apprécié la lectrice, c’est déjà ça !

Haruki Murakami, La baie de Hanalei, Les Crabes, Audiolib, lu par Irène Jacob

Lundi 7 novembre 2011 à 11:30

Littérature japonaise

sommeil_murakami.jpgUne des nouvelles les plus énigmatiques de Haruki Murakami, superbement illustrée aux couleurs de nuit par Kat Menschik. Dans un style pur et cristallin, une plongée obsédante dans dix-sept nuits sans sommeil d'une femme, pour pénétrer tout le mystère et la magie de l'univers du maître.

Lu le 05-11-2011

Haruki Murakami est un auteur japonais bien connu, et cela fait plusieurs années que je souhaite le lire. Je me suis procurée plusieurs de ses romans, et voici par lequel j'ai commencé. Il s'agit plutôt d'une nouvelle ; et j'ai aimé, même beaucoup aimé. Le style (même si je prend en compte la traduction), est fluide, léger et vif. On lit cette nouvelle comme un rien, et l'auteur nous emmène avec lui dans son histoire dès la première ligne. Ca ne traîne pas, c'est rapide mais c'est très bon ! Les illustrations s'emboîtent avec les mots, et sont tellement belles qu'on s'y arrêtent. Ici, un seul personnage, une femme qui a perdu le sommeil. Une nouvelle qui se termine comme elle commence, de façon étrange.

Si les auteurs japonais vous tentent, ce site est bien fait pour s'immerger dans cette littérature !

Haruki Murakami, Sommeil, 10/18, 2010, 92 pages. Première publication 1990. Traduit du japonais par Corinne Atlan, illustrations de Kat Menschik.

<< Page précédente | 1 | Page suivante >>

Créer un podcast