Quelques Pages

Mercredi 1er avril 2015 à 13:30

Littérature française

http://quelques.pages.cowblog.fr/images/dossier2/123soleil.jpgMon avis :
Mon avis sur ce livre est assez partagé. Je l'ai découvert au début du mois, j'ai donc un peu de recul sur ma lecture pour en parler ; malgré tout mon ressenti est assez négatif.

Tout d'abord j'ai adoré les dessins, ce type de dessins naïfs me plait beaucoup, et j'ai beaucoup aimé parcourir les dessins au fil des pages.

Il s'agit d'un album jeunesse pour un public dès trois ans, et qui donc commence à appréhender la lecture. Ainsi les dessins sont accompagnés d'une petite part de texte, et c'est cet élément qui ne m'a pas convaincue.

Quand on lit cet album avec des yeux d'adulte, on s'aperçoit que l'histoire n'a aucun sens. La fin n'a ni queue ni tête et j'ai été déçue du dénouement. En un mot j'ai trouvé cet album bâclé et mal fini. Je pense que ce n'est pas parce que le public est jeune qu'il faut négliger la forme. Je n'ai pas compris où voulait en venir l'auteur, mais j'ai tout simplement trouvé que ce livre n'était pas réussi.

Pour conclure, je le recommande pour les petits lecteurs, mais ne vous attendez pas à une histoire cohérente.


Gaëtan Dorémus, 1, 2, 3 soleil !, 11 mai 2015, Autrement jeunesse.

Samedi 28 février 2015 à 16:00

Littérature française

http://quelques.pages.cowblog.fr/images/dossier2/ladversaire.jpgRésumé :
Le 9 janvier 1993, Jean-Claude Romand a tué sa femme, ses enfants, ses parents, puis tenté, mais en vain, de se tuer lui-même. L'enquête a révélé qu'il n'était pas médecin comme il le prétendait et, chose plus difficile encore à croire, qu'il n'était rien d'autre. Il mentait depuis dix-huit ans, et ce mensonge ne recouvrait rien. Près d'être découvert, il a préféré supprimer ceux dont il ne pouvait supporter le regard. Il a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité.

Je suis entré en relation avec lui, j'ai assisté à son procès. J'ai essayé de raconter précisément, jour après jour, cette vie de solitude, d'imposture et d'absence. D'imaginer ce qui tournait dans sa tête au long des heures vides, sans projet ni témoin, qu'il était supposé passer à son travail et passait en réalité sur des parkings d'autoroute ou dans les forêts du Jura. De comprendre, enfin, ce qui dans une expérience humaine aussi extrême m'a touché de si près et touche, je crois, chacun d'entre nous.

Mon avis
:
Ce roman m'a été conseillé par une amie du lycée, et au regard de ma lecture je regrette de ne pas l'avoir lu plus tôt. Ce roman est une pépite.

Dès les premières pages l'auteur nous emmène avec lui dans son univers. La plume est presque hypnotisante. Pour ma part j'ai eu beaucoup de mal à le reposer avant d'avoir tourné la dernière page.

Ce roman est puissant et fascinant. Ce personnage qu'est Jean-Claude Romand est vraiment intriguant et ce roman nous touche au plus profond de notre être. Alors l'auteur explique à son lecteur que ce texte n'a rien de pragmatique, il ne peut être objectif. On ne peut raconter ce qui est arrivé à cet homme avec un détachement scientifique. On est forcément touché par cette histoire, d'une façon ou d'une autre, l'auteur aussi.

J'aurais aimé cerner cet homme mais durant ma lecture je n'y suis pas parvenue. On ne peut que découvrir cette histoire, cette atrocité, et rester transi à devoir cogiter sur les tréfonds de l'âme humaine.

Je n'arrive même pas à construire une chronique propre. Je ne sais que dire après avoir refermé ce livre ; si ce n'est que je ne l'oublierai jamais. Je ne peux pas condamner Jean-Claude Romand en bloc. Au regard de ce récit je ne peux que prendre cet homme en affection car quelque part il n'était pas plus à l'origine de ses actes que nous. Il subissait sa vie, il subissait ce mensonge insupportable dans lequel il s'était perdu.

Pour conclure je ne peux que vous recommander de lire ce livre. Pour ma part j'en sors changée et je n'oublierai jamais cette histoire incroyable qui reste encore voilée de brouillard.



Emmanuel Carrère, L'Adversaire, Gallimard, 2000, 219 pages.

Mercredi 11 février 2015 à 16:58

Littérature française

http://quelques.pages.cowblog.fr/images/dossier2/lemystc3a8redupontgustaveflaubertpierrethiry.jpgRésumé :
Ce récit évoque quelques impressions sur des personnages réels : Gustave Flaubert, Giovanni Bottesini, Rouen, le pont Gustave Flaubert... Un grand écrivain, un compositeur de musique oublié, une ville normande, un pont levant peuvent-ils s'emmêler dans la même intrigue ? Giovanni Bottesini (1821-1889) et Gustave Flaubert (1821-1880) se sont-ils rencontrés ? Ce "roman", très imaginaire, où il est question : d'un vélo volé, d'un opéra disparu, du détective privé Jules Kostelos, d'une bibliothécaire portant le nom de Salammbô, du chat noir Charles Hockolmess et d'un rassemblement de vieux gréements à Rouen en 2017, apportera-t-il une réponse ?

Mon avis :
Avant toute chose je tiens à remercier Pierre Thiry de m'avoir proposé son roman. Je suis ravie d'avoir fait cette découverte, qui fut un très agréable moment de lecture.

Concernant la forme, j'ai trouvé la mise en page très agréable, car aérée. La police est originale, et même si c'est un détail, cela reste un élément important à prendre en compte lors de la lecture. Je pense que cette liberté de mise en page vient du fait que le roman est auto-édité, ce qui est un avantage. L'objet livre est très joli, et la lecture est agréable pour les yeux. De plus le papier est de très bonne qualité.

Au sujet du fond maintenant ; l'auteur part dans deux directions différentes. Une partie est historique, Gustave Flaubert et Giovanni Bottesini se sont-ils côtoyés ? L'autre est contemporaine, qui a volé le vélo du commissaire Jeton ? L'ensemble est parsemé de notes d'humour et de beaucoup d'intelligence.

L'auteur fait régulièrement référence à d'autres oeuvres, littéraires ou pas, ce qui donne envie de les découvrir, je pense notamment à la bibliographie de Flaubert, dont je ne connais personnellement que Madame Bovary, qui est mon roman préféré, soit dit en passant.

Tout en digressions et anecdotes, l'auteur parvient à faire avancer son intrigue et par la même l'enquête menée par son protagoniste Jules Kostelos.

Enfin, j'ai trouvé ce roman inspirant, au sens où il est tellement bien écrit et immersif, qu'il donne envie de se lancer dans l'écriture.
Pour conclure je me suis régalée à la lecture de ce roman et bien sûr je vous le recommande.


Pierre Thiry, Le Mystère du pont Gustave Flaubert, BoD, 312 pages, décembre 2012

Le site de l'auteur (click)

Samedi 7 février 2015 à 10:00

Littérature française

http://quelques.pages.cowblog.fr/images/dossier2/troubles.jpgRésumé :
"Trop de monde. Trop de fumée. Trop d'alcool. Trop de gens défoncés qui te marchent sur les pieds en titubant. Lassitude. Fatigue. Envie de tout lâcher, de me laisser porter par les ondulations des corps qui gesticulent autour de moi."

Des soirées au goût amer de bière, en fêtes au goût âpre de vodka, une bande de lycéens traîne la mélancolie de ses dix-sept ans.
Dans un monde qui vacille, Camille cherche son salut dans la force de son amitié pour Fred et dans sa passion pour le cinéma.


Mon avis :
J'ai découvert ce roman par hasard au salon  du livre de Montreuil il y a quelques années, alors que l'auteur était en dédicace, et il était temps que je le lise !

La structure très aérée fait de cet ouvrage un page-turner qui se lit très facilement et que l'on a envie d'avancer pour savoir comment vont évoluer les personnages.

L'écriture est vraiment très agréable, très immersive. L'auteur nous emmène immédiatement avec elle auprès de ses personnages.


Au sujet du fond, ce roman est composé d'une succession de courtes scènes autour de la vie de Camille et de Fred. J'ai aussi eu beaucoup d'affection pour le personnage de Fukushima (qui est un surnom qui lui a été donné à cause de l'odeur qu'il dégage), le bouc émissaire de la classe.

L'auteur suit ses protagonistes au quotidien, dans leurs passions et dans leurs doutes, replaçant le lecteur dans la peau d'un adolescent, lui refaisant vivre ce mal-être propre à cette période.

Je ne vous en dis pas davantage sur l'intrigue, mais le ton va bien sûr aller crescendo.

Pour la petite anecdote on ne saura jamais si Camille est une fille ou un garçon, et après tout cela n'apporterait rien à l'histoire. Ici les personnages ne sont qu'un prétexte pour parler des problèmes de l'adolescence, à savoir la solitude, les excès, l'inconséquence...

Pour conclure j'ai trouvé ce roman assez singulier. C'est une petite pépite qui se savoure et qui ne laisse pas indifférent. Je ne peux que vous le conseiller.


Claudine Desmarteau, Troubles, Albin Michel Wiz, 29 août 2012

Vendredi 6 février 2015 à 15:24

Littérature française

http://quelques.pages.cowblog.fr/images/dossier2/Cequinouslie.jpgRésumé :
Alice a un don. Les liens entre les individus lui apparaissent sous forme de fils lumineux. Un phénomène inexplicable qu'elle a appris à dissimuler... et à utiliser pour démasquer les hommes infidèles et venger les femmes trompées. Mais au fond, Alice aspire à retrouver une vie "normale", celle du bureau, des collègues et des relations simples. Son nouveau job dans un cabinet de recrutement semble lui offrir tout cela, et plus encore.
Parmi les personnalités variées qui cohabitent dans l'open space, elle rencontre Raphaël, chasseur de tête et de coeurs, un homme inaccessible qui ne la laisse pas indifférente. Le seul dont Alice n'arrive pas à percevoir les liens...

Mon avis :
Je me suis procurée ce livre il y a presque deux ans, et je m'y suis plongée ce mois-ci un peu par hasard, voulant lire quelque chose de court et bon.

Cette lecture m'a énormément plue, la plume de l'auteure est vraiment géniale, elle nous donne l'impression de ne parler qu'à nous. L'histoire est très bien construite, car l'auteure alterne les scènes dans le passé, le présent et le futur, et au fil des pages les rouages prennent leur place et on comprends peu à peu ce qui arrive à Alice. Je n'arrivais pas à lâcher le roman, car on ne peut s'empêcher de lire pour savoir comment va se dénouer cette intrigue.

Si j'avais entendu des blogueurs parler de ce livre en disant qu'ils se sentaient concernés personnellement par l'histoire que nous raconte Samantha Bailly, je ne pensais pas me retrouver dans ce cas également, et pourtant... En effet l'auteure parvient à nous raconter une histoire, celle d'Alice, à travers laquelle de nombreuses femmes sont passées. Cette histoire m'a profondément touchée, et j'ai absolument adoré ce roman.
Alors, vous le savez, je ne suis pas du style à décerner des coups de coeur facilement, mais dans le cas de ce roman je le dis sans restriction, et je vous recommande sincèrement de le découvrir.

Enfin, j'ai trouvé ce roman inspirant. Au fil de ma lecture, l'auteure a réussi à me donner envie de reprendre ma plume , et peu de romans arrivent à me faire cet effet, c'est donc assez rare pour être signaler. Vous l'aurez compris je n'ai que des choses positives à dire sur ce roman, je me suis régalée et je vous le recommande.


Samantha Bailly, Ce qui nous lie, Milady, 2013, 281 pages.

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast