Quelques Pages

Vendredi 10 février 2012 à 23:33

Littérature belge

Un___crivainS_de_4e4e8a3c65eda.jpg

Tout d'abord merci aux éditions E, P & LA de m'avoir accordé leur confiance et de m'avoir demandé de chroniquer ce roman. J'ai ce roman depuis novembre et le pauvre a dû attendre mais je ne regrette pas de m'y être intéressée. Le style de l'auteur est recherché, on sent une réelle volonté de légèreté et de force tout à la fois. Un discours direct, un champs lexical familier et des phrases courtes encrent les dialogues dans le réel. Une musicalité est indéniable, au delà de la chanson Walk on the Wild Side, qui fait partie intégrante du roman, les mots en eux-même sonnent juste. Les protagonistes sont sincères et émouvants, ce qui les rend attachants et palpables. Le texte n'est pas dénué d'humour, que l'auteur prouve plus d'une fois mais assez discrètement. Sous une apparence assez légère, le texte soulève des questions de société graves et des sujets sensibles. Ici pas de théorie énoncée de force, juste des interrogations soulevées. Le texte est travaillé, c'est indéniable, et c'est plaisant. Je mettrais un bémol à la première partie qui est un peu (trop) vulgaire mais rien à dire pour la seconde, qui l'est moins. Il s'agit donc d'un bon premier roman et je souhaite une bonne continuation à son auteur.

 

Allez voir le site de l'éditeur, ou peut-être la page du roman.

 

Augustin Feye, Un EcrivainS, éditions E, P & LA, 146 pages (en PDF), 2011

Mercredi 2 février 2011 à 11:15

Littérature belge

 femme et pantin.jpg

J'arrive : la grille était fermée aux barres. Je sonne : après quelques instants, Concha descend, et me sourit. Elle portait une jupe toute rose, un petit châle couleur de crème et deux grosses fleurs rouges aux cheveux. A la vive clarté de la nuit, je voyais chacun de ses traits. Elle approcha de la grille, toujours souriante et sans hâte : "Baisez mes mains", me dit-elle. La grille demeurait fermée. "A présent, baisez le bas de ma jupe, et le bout de mon pied sous la mule." Sa voix était comme radieuse. Elle reprit : "C'est bien. Maintenant, allez-vous-en."


Commencé le 7-12-2010
Terminé le 9-12-2010
 
 
Il se lit très rapidement. J'ai vraiment aimé découvrir ce livre, j'y ai retrouvé le film.
La structure est simple, André rencontre une espagnole (Concha), qui lui plaît. Il obtient un rendez-vous avec elle, mais avant ce rendez-vous, rencontre Mateo, l'ancien amant manipulé par Concha. Mateo lui explique que cette femme est dangereuse. André se fait donc raconter l'histoire de Concha et Mateo. Ce livre est vraiment passionnant, nous assistons au déclin de Mateo, cet homme victime de son aveuglement. Ce roman m'a touché, car ce n'est qu'un crescendo de torture psychologique. La relation entre les deux protagonistes est sadique, ils se repoussent et en même temps se cherchent. Jusqu'aux dernières lignes on s'aperçoit du trouble de Mateo, qui recherche Concha malgré tout ce qu'il a subit.
Je trouve que ce roman fait réfléchir sur ce que l'homme peut subir par amour.
Je le conseille, c'est un roman d'une grande qualité.
Mon envie de lire ce livre est née après avoir vu le film Cet obscur objet du désir, dans le cadre du cours de philosophie de Terminale. Je conseille donc l'adaptation, réalisée par Luis Buñuel en 1977, avec
Fernando Rey, Carole Bouquet, Angela Molina, et Piéral.
On peut y voir un parallèle avec Vertigo, car c'est la même image de la femme adulée et inaccessible.
 
Pierre Louÿs, La Femme et le Pantin, Le Livre de Poche

 

<< Page précédente | 1 | Page suivante >>

Créer un podcast