VO

C'est après avoir lu le billet de Chi-Chi que j'ai commandé ce roman sur Alfred, et bien m'en a prit ! Je me suis régalée avec ce roman, et je continue ainsi à me plonger dans la VO avec délectation. Que c'est bon de tout comprendre, j'adore et je ne vais pas m'arrêter en si bon chemin.

Ce roman laisse place à l'histoire de Violet, une jeune femme indépendante, intelligente et pleine d'autres superlatifs. L'histoire de Violet va en fait être déclenchée par celle d'Elizabeth, sa meilleure amie.

Elizabeth est une jeune femme bien sous tout rapport. Elle obéit à ses grand-parents, à son entourage, se laisse conseiller et fait bonne figure partout où elle passe, mais alors que son mariage avec Martin St Clair approche, elle s'aperçoit que ce n'est pas ce qu'elle veut vraiment.

Dans le même temps elle cherche son père biologique, soutenue par son amie Violet. Et comme dans les romans la chance est toujours de la partie, Andy (le frère de Violet) est policier et qu'en plus il doit un service à sa soeur, il fait des recherches et retrouve le père d'Elizabeth, dont la dernière adresse connue est en Australie.

Elizabeth part donc au pays des kangourous pour faire d'une pierre deux coups, s'éloigner de Martin et retrouver son père.

En son absence la douce Violet tente de comprendre Martin parce que finalement ce n'est pas un mauvais bougre. Entre Violet et Martin existent des points de conflits (bein oui qui garde des bons contacts avec l'ex de sa meilleure amie ?) mais pourtant les choses prennent une tournure surprenante et la haine se transforme en tension sexuelle (et voilà qui contredit me dernière parenthèse, parce qu'il faut croire que Violet, elle, garde des contacts plutôt bons avec l'ex de sa meilleure amie !).

Violet lui offre une bouteille de Schnapps en guise d'effort et cette bouteille sera l'élément déclencheur entre eux.

Mais ...

Martin est un homme qui pense, qui doute et qui prend du recul sur ses actes ; aussi Martin est un homme qui se demande s'il n'est pas tombé dans les bras de V pour se venger de E. Pauvre chéri tu te fais du mal.

Alors que Violet et Martin renforcent leurs sentiments chaque jour (et trouvent dans le même temps une harmonie sexuelle à faire rougir) et que je me demandais (folle d'inquiétude, pensez-vous) comment allait évoluer la relation entre les deux femmes, E appelle justement son amie pour lui dire qu'elle est fort heureuse puisqu'elle a rencontré un Nathan en Australie (oui quitte à s'exiler en Australie pour faire le point sur sa rupture, autant en profiter pour trouver l'amour, se serait bête de se priver).

Arrive Noël, Martin le passe avec sa mère, qui invite tout le village pour faire une grande tablée et ragoter ; Violet le passe seule, comme les dix dernières années. Bref, ils passent une mauvaise soirée, alors ils ne pensent qu'à une chose, se retrouver un peu après bien sûr.

Pendant que les deux personnages se trouvent toujours plus de points communs, Violet redoute le moment où elle devra expliquer à Elizabeth qu'elle est amoureuse de son ex-fiancé. Elle appréhende tellement ce moment que la veille de son départ pour l'Australie (et en guise d'acte manqué) elle se casse la cheville, l'obligeant à repousser les révélations.

C'est finalement peu avant le mariage entre Nathan et Elizabeth que Violet trouvera le courage de s'expliquer ; et comme on s'y attend, Elizabeth n'est que compréhension et compassion. Non seulement Violet est apaisée concernant son amitié avec E, mais elle est aussi plus heureuse que jamais avec Martin, qui lui fait une sublime et énième déclaration d'amour éternel. Clap de fin.

 

Sarah Mayberry, Her best worst mistake, Small Cow Productions Pty Ltd, mai 2012, 155 pages.