Quelques Pages

Vendredi 18 septembre 2015 à 15:50

Littérature anglaise

http://quelques.pages.cowblog.fr/images/dossier2/LesaffreusementsombreshistoiresdeSinistreville.jpg
Résumé :
Les jumeaux Mortenberg s'attendaient souvent au pire, ce en quoi ils n'avaient pas forcément tort. Depuis leur plus jeune âge, ils étaient affublés du surnom de "Jumeaux Traîne-Malheur".
Abandonnés à leur triste sort par leurs parents, Greta et Feliks avaient été adoptés par leur tante Gisela. Ainsi vivaient-ils avec elle au sein du quartier le plus sombre et inquiétant de Sinistreville.

Jusqu'au jour où leur destin croisa celui de la célèbre Olga Van Veenen.
Pour le meilleur...mais surtout pour le pire...

Mon avis :
Avant toute chose, je tiens à remercier les éditions Flammarion pour cet envoi.

J'ai beaucoup aimé ce roman jeunesse qui retrace dans ce tome 2 l'histoire de Greta et Feliks, surnommés les jumeaux Traîne-Malheur à cause du fait qu'il ne leur arrive que des péripéties malencontreuses. Les tomes peuvent se lire indépendamment, je n'ai pas lu le premier tome et cela ne m'a pas du tout dérangé.
Les personnages sont drôles, bien dépeints et très attachants. L'histoire est prenante, bien menée, et intéressante. J'avoue m'être laissée menée par le bout du nez à plusieurs reprises, l'intrigue est très bien ficelée.

Le style de l'auteur est fluide et le roman se dévore à toute vitesse. J'avais sans cesse envie de le reprendre pour le terminer. J'ai trouvé l'histoire très originale, elle est basée dans un univers halloweenesque, entre dents de vampires et toiles d'araignées sur les meubles.
En outre le rythme est soutenu et on ne s'ennuie pas une seconde, d'où le fait qu'il se lise très rapidement.

Je me suis régalée à la lecture de ce roman gentiment d'épouvante, et je vous le recommande.


Christopher, William Hill, Les affreusement sombres histoires de Sinistreville, tome 2, Les Jumeaux Traîne-Malheur, Flammarion, 2015, 345 pages.

Lundi 23 février 2015 à 17:14

Littérature anglaise

http://quelques.pages.cowblog.fr/images/dossier2/papalonguesjambes.jpgRésumé :
Au début du XX° siècle, aux Etats-Unis, Jerusha Abbott ne connaît à dix-sept ans que son orphelinat ennuyeux, où elle a toujours vécu. Elle apprend qu'un donateur, qui veut rester anonyme, lui offre quatre années d'études supérieures à l'université de jeunes filles, en échange d'une lettre par mois. N'ayant aperçu de ce monsieur que son ombre portée à la lumière des phares, elle le surnomme affectueusement Papa-longues-jambes et lui écrit très souvent. C'est une nouvelle vie qui commence, pour elle qui découvre la liberté, rencontre la haute société américaine, et s'essaye au métier d'écrivain.

Mon avis :
J'ai reçu ce roman lors d'un swap il y a de cela plusieurs années maintenant, et étant une grande amatrice des romans épistolaires, j'étais curieuse de le découvrir.

Ce roman a la particularité de ne pas être réellement un échange de lettres, car il ne s'agit que de lettres que l'héroïne, Judy, envoie à son mystérieux mécène, ne recevant aucune réponse en échange.

En effet Judy vient d'un orphelinat et elle a eu la chance d'être prise sous l'aile d'un homme dont on ne sait rien et qu'elle appellera Papa-Longues-Jambes à cause de sa silhouette, seul élément qu'elle connaît de lui.

L'ensemble est très dynamique car la jeune fille est pleine de vie et ses lettres sont très animées.

Ce roman est attendrissant et doux. Il permet, je trouve, d'arrêter le temps et d'observer les choses simples et belles de la vie. La fraîcheur de Judy est bienfaisante.

Le lecteur va découvrir, au fil des pages, la personnalités de Judy et son parcours dans la vie. Je ne vous en dis pas davantage sur le contenu des lettres car tout l'intérêt est de le découvrir vous-même.

J'ai un bémol à poser sur la fin du roman, à savoir la toute dernière lettre, qui m'a laissée sur ma fin. J'avoue l'avoir trouvée trop précipitée et peu claire. D'abord elle n'a pas de raison d'être littérairement parlant, elle n'est là que pour que le lecteur comprenne les événements ; or je trouve que cela se ressent. Je la trouve brouillon. Elle dénote à côté de la qualité des lettres qui parsèment le roman.

Ceci dit une fois le livre refermé, j'en garde une impression très doucereuse. C'est un livre léger et tendre qui pour autant n'a pas peur d'aborder des sujets gravés. Bien sûr je vous le recommande, c'est un roman à connaître. Si vous avez lu ce roman je serais curieuse de savoir ce que vous en avez pensé.


Jean Webster, Papa-Longues-Jambes, Folio Junior, 212 pages, 2007, première édition 1915.

Samedi 7 février 2015 à 17:00

Littérature anglaise

http://quelques.pages.cowblog.fr/images/dossier2/weirdthings.jpgRésumé :
'Can books conduct electricity?' 'My children are just climbing your bookshelves: that's ok... isn't it?' A John Cleese Twitter question ['What is your pet peeve?'], first sparked the "Weird Things Customers Say in Bookshops" blog, which grew over three years into one bookseller's collection of ridiculous conversations on the shop floor. From 'Did Beatrix Potter ever write a book about dinosaurs?' to the hunt for a paperback which could forecast the next year's weather; and from 'I've forgotten my glasses, please read me the first chapter' to'Excuse me... is this book edible?'.

Mon avis :
J'ai découvert cet ouvrage sur la blogosphère littéraire et je me le suis procurée car il m'a intriguée.

Il s'agit d'une succession d'anecdotes et de remarques drôles entendues en librairies, notamment des remarques naïves de clients. L'ensemble est condensé, drôle et léger. Ainsi il vous fera passer un agréable moment de lecture.

Si je devais relever un point négatif, ce serait que lorsqu'on découvre ce roman en une seule fois sans faire de pause dans sa lecture, il se révèle un peu répétitif. Ceci dit le fait qu'il soit court et que la mise en page soit aérée contre-balance cet élément.

Pour conclure il s'agit d'un roman très agréable,
qui se dévore très rapidement et qui est très drôle.


Weird things customers say in bookshop, Jen Campbell, Constable, 2012

Jeudi 13 novembre 2014 à 11:58

Littérature anglaise

http://quelques.pages.cowblog.fr/images/dossier2/missperegrine.gifRésumé :
Une histoire merveilleusement étrange, émouvante et palpitante. Un roman fantastique qui fait réfléchir sur le nazisme, la persécution des juifs, l'enfermement et l'immortalité.

Mon avis :
Si ce roman se destine de prime abord à la jeunesse, je ne l'ai pas pour autant trouvé innocent. Les thèmes abordés, à savoir la seconde guerre mondiale, la persécution des juifs, les enfants abandonnés, ne sont pas forcément simples.

Ainsi ce n'est pas un roman jeunesse inoffensif et léger, car il délivre un vrai contenu. De plus les photos disséminées donnent un côté très ludique à la lecture. Elles sont assez spéciales et accentuent le côté fantasy du roman.

Alors si le postulat est vraiment intéressant et prometteur, j'ai eu du mal avec ce roman car je l'ai trouvé trop lent dans son déroulement. Je me suis malheureusement ennuyée. Le héros, Jacob, m'a laissée indifférente et ne m'a pas convaincue.

De plus je n'ai pas compris où voulait en venir l'auteur, pour moi ce roman n'a pas de fil directeur et Ransom Riggs m'a perdue.

A l'heure où j'écris cette chronique, j'ai lu ce roman il y a cinq mois, et j'avoue qu'il ne m'en reste plus grand chose. Pour conclure, ce roman n'a pas fonctionné avec moi, mais s'il vous tente n'hésitez pas à le lire pour voir.


Ransom Riggs, Miss Pérégrine et les enfants particuliers, Bayard Jeunesse, 2012, 438 pages.

Mercredi 26 mars 2014 à 22:30

Littérature anglaise

http://quelques.pages.cowblog.fr/images/dossier2/unjourdavidnicholls.gifRésumé :
15 juillet 1988. Emma et Dexter se rencontrent pour la première fois. Tout les oppose, pourtant ce jour marque le début d'une relation hors du commun. Pendant vingt ans, chaque année, ils vont se croiser, se séparer et s'attendre, dans les remous étourdissant de leur existence. Un conte des temps modernes où la splendeur d'aimer a fait chavirer le monde entier.

Mon avis :
J'ai voulu découvrir ce roman après en avoir entendu énormément de bien, et je me suis régalée.
J'ai d'abord eu un petit temps d'adaptation en lisant les premières pages car je trouve la quatrième de couverture trompeuse. Elle laisse à entendre que nos deux protagonistes se voient un jour chaque année mais ce n'est pas le cas et je ne sais pas si l'auteur de ce résumé a lu le roman avant d'écrire cela.

En réalité l'auteur nous narre les péripéties des deux personnages en nous racontant un jour de chaque année, mais ils entretiennent des contacts le reste du temps. L'auteur arrive à merveille à nous faire comprendre ce qui s'est passé en une année en en racontant un seul jour, à travers une écriture astucieuse, rythmée et vraiment excellente.

J'ai trouvé Emma et Dexter extrêmement attachants dès les premières pages. J'ai été sincèrement touchée par cette histoire et j'ai ressenti beaucoup d'empathie pour ces deux personnes, aussi maladroits et amoureux l'un que l'autre.

L'écriture est tellement délicate que j'ai relevé des citations dont je veux me souvenir presque à chaque page, aussi ce roman est aussi bon dans le fond que dans la forme.

Ce qui fait toute la force de ce roman réside en particulier dans un événement se produisant vers la fin du roman, et qui permet de mettre en perspective toute l'histoire. Je n'en dirai pas plus à ce sujet, si ce n'est que j'ai dû relire le passage plusieurs fois pour m'assurer que je n'avais pas halluciné. J'ai trouvé ce parti pris par l'auteur extrêmement osé, et pourtant très intelligent.

Pour conclure, je vous recommande chaudement ce roman, ainsi que le film, que j'ai vu récemment suite à ma lecture, et que j'ai trouvé tout aussi bon.


David Nicholls, Un jour, 10/18, 2011, 621 pages, 2009 pour la première publication. Traduit de l'anglais par Karine Reignier.

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast