Quelques Pages

Mardi 29 mai 2012 à 7:00

Sur la toile

DVD_The_Tourist.jpg

Un touriste américain voit sa vie menacée lorsqu'une belle inconnue l'utilise pour tromper un criminel avec qui elle a vécu une relation...


L'histoire est over simple, Franck est un gentil prof de maths, un peu niais et crédule, qui tombe sous le charme d'Elise une femme mystérieuse. De là commence un road movie capilotracté et brouillon. Ca fait envie hein ?

C'est pour compléter ma filmographie de Johnny Depp que j'ai acheté ce film, et c'est bien son seul intérêt. Ce film n'a en effet pas réussi à attirer mon attention pour plusieurs raisons. Tout d'abord Johnny Depp ne trouve pas sa place, il s'efface devant Angelina Jolie et ne fait que mal jouer, ou sur-jouer voire jouer grossièrement, ce qui ne lui ressemble pas, on l'a connu plus efficace. De plus le scénario part dans tous les sens, et ne présente pas beaucoup d'intérêt.

De là à parler de navet, n'exagérons rien (quoi que ?!).

N'écoutant que mon courage, je me suis lancée dans un second visionnage (à mon lecteur DVD défendant). C'est grâce à ce visionnage que je peux ajouter que... mon avis n'a pas changé, il n'y a rien dans ce film, c'est une catastrophe !

Finalement le seul intérêt de ce film c'est la musique de générique. C'est dit ! (Dédicace à qui se reconnaîtra !)

 

The tourist, réalisé par Florian Henckel Von Donnersmarck, 2010, avec Johnny Depp, Angelina Jolie.

Samedi 26 mai 2012 à 7:00

Sur la toile

kill-bill-sequels.jpg

Au cours d'une cérémonie de mariage en plein désert, un commando fait irruption dans la chapelle et tire sur les convives. Laissée pour morte, la mariée qui était enceinte retrouve ses esprits après un coma de quatre ans. Celle qui a auparavant exercé les fonctions de tueuse à gages au sein de Détachement International des Vipères Assassines n'a alors plus qu'une seule idée en tête : venger la mort de ses proches en éliminant tous les membres de l'organisation criminelle, dont leur chef, Bill, qu'elle se réserve pour la fin...

J'aime ce film pour différentes raisons. Uma Thurman est gracieuse et interprète à merveille la mariée vengeresse. J'aime ce personnage paradoxal, mi-princesse mi-guerrière. La détermination de chaque personnage donne beaucoup d'épaisseur à ce film.

Dans le premier volume on apprend que Black Mamba (la mariée) a été bien amochée le jour de son mariage alors qu'elle était enceinte (parce qu'elle tentait de quitter l'équipe des Vipères Assassines). Amochée par cinq personnes, qui se sont acharnées sur elle. Manque de chance elle s'en sort miraculeusement, après plusieurs années de coma. Son seul but  est de se venger ; tel est le fil directeur du film. La jeune femme va d'abord retrouver Vernita Green, suivie de près par O'Ren Ishii (Lucy Liu) auxquelles elle règle leurs comptes. C'est dans le volume 2 qu'elle termine sa mission en retrouvant Budd, Elle Driver et enfin Bill (interprété par David Carradine). Entre temps elle apprend que le bébé qu'elle portait et qu'elle croyait avoir perdu, a survécu et que c'est une jolie petite fille de quatre ans. Difficile de devenir mère aussi vite, pourtant elle va réussir à rassurer sa fille, tout en voulant la mort de Bill, qui a joué les pères durant ces quatre années.

J'aime aussi ce film pour l'ambiance que donnent la musique (qui a une place majeure, vraiment) et les scènes de combat (très bien filmées et dynamiques). Ici pas de gentils puisqu'il n'y a que des méchants chez Tarantino, mais des méchants qu'on comprend, des méchants faillibles et humains. Je ne sais pas si je l'ai déjà dit mais j'aime ce film.

C'est avec ce film que j'ai découvert le réalisateur, et bien qu'il soit assez particulier (et de ce fait qu'il n'attire pas que des compliments), moi j'adore. Déjà parce qu'on sent le fou de cinéma qui joue avec les références, les musiques, les plans, et les codes, et ensuite parce que le film est bien mené et nous fait passer un très bon moment.

Et à ma grande surprise, je découvre en écrivant ce billet qu'un volume 3 serait en préparation pour 2014 ?! A confirmer ! Tombera t-il dans le piège des suites commerciales qui perdent tout intérêt ? Ha ha surveillons ça de prêt !


Kill Bill, réalisé par Quentin Tarantino, 2003 pour le volume 1, 2004 pour le volume 2, avec Uma Thurman, David Carradine, Lucy Liu.

Lundi 14 mai 2012 à 14:28

Sur la toile

 208_166778.jpg

Après avoir fini le roman de Douglas Kennedy, j'ai eu envie de voir son adaptation par Eric Lartigau, et je pense qu'il est préférable de découvrir les deux oeuvres dans ce sens là (encore une fois, mon frère me l'avait dit, et il a eu raison) parce que le film ne donne pas très envie de lire le roman. Pourquoi comment ? D'abord je me suis endormie au premier visionnage, ce qui veut déjà dire beaucoup (la capacité d’un film à tenir éveillé le spectateur est un critère de qualité officiel, non ?) ! Concernant Romain Duris, j’apprécie son jeu qui est juste et qui reflète bien le personnage de Ben, mais pourtant ici il n’a pas réussi à me séduire. Je pense que c’est à cause des longueurs du film qui laisse vraiment le temps de s’ennuyer.

Un second visionnage a été necessaire à la rédaction de ce billet car comme chacun sait, Abnégation est mon second prénom. Le réalisateur a pris quelques libertés mais ne s'en cache pas, l'action débute en France, ce qui limite considérablement les heures passées en voiture, qui prenaient tout leur sens aux Etats-Unis, et qui avaient leur intérêt puisque le personnage avait ainsi le temps de penser.

Paul part ensuite en Serbie où il démarre une nouvelle vie sous le nom de Grégoire Kremer. Ici encore, le réalisateur ne prend pas en compte toutes les finesses du roman, mais l’essence du roman y est.

Le film se centre davantage sur le personnage principal alors que le roman donnait une vision plus globale des protagonistes, en effet les personnages ont chacun quelque chose à apporter alors que dans le film ils sont juste là pour faire avancer l’histoire. C’est assez dommage.

La place de la photographie était majeure dans le roman, le quotidien d’un photographe y est tellement bien décrit, qu’il donnerait à n’importe qui l’envie de se lancer, or bien que présente dans le film, cette piste n'y est pas aussi exploitée. Pourtant l’univers du photographe est là, les clichés sont là, les objectifs aussi, mais ce n’est pas pareil. A croire que le cinéma, qui est pourtant un art visuel, ne se marrie pas bien avec la photographie.

Là où le roman voit le héros rester auprès de son second amour malgré son identité démasquée, le film le fait tout quitter encore une fois, pour l’Italie, où il redevient anonyme. La fin est donc assez négligée, d’autant plus que ce n’était pas un parti pris nécessaire dans la mesure où dans cette adaptation, Paul n’est pas démasqué.

Le film en lui-même est réussi, c'est seulement en le comparant au roman qu'il semble assez fade, mais il vaut malgré tout la peine d’être vu, j'espère donc que ce billet ne vous a pas ôter l'envie de voir le film, si ce n'est déjà fait.

 

L'homme qui voulait vivre sa vie, Eric Lartigau, sorti le 3 novembre 2010, avec Romain Duris, Marina Foïs et Catherine Deneuve.

Dimanche 13 mai 2012 à 7:00

Sur la toile

J'en parlais ici, cette adaptation Hugh Grantesque de Raison et Sentiments manquait à mon complet épanouissement Austenien (sens de la mesure) !

3333297198097.jpg

Voilà une catastrophe réparée puisque mon amie Lolo, qui n'a pas supporté de me voir dans un tel état de manque, a gentiment proposé de me prêter son dévédé ! Que ferais-je sans toi ? Je me le demande !

Résumons un peu si vous le voulez bien ; dans l'Angleterre conservatrice du début du siècle, au coeur d'un petit cottage, deux femmes, chacune avec des armes différentes, vont se battre pour vivre leurs amours. Qui des deux soeurs parviendra à trouver l'homme de sa vie et le garder ; Marianne la passionnée qui bouscule les conventions, ou Elinor la raisonnable, qui au contraire les respecte ?

Voilà ce que nous dit la jaquette, et je trouve ce synopsis bien belliqueux pour ce milieu anglais bien comme il faut ! Les deux soeurs ne sont pas en rivalité mais passons sur ce petit détail.

raison-et-sentiments.jpg

Je n'en ai jamais douté, mais c'est maintenant officiel, j'adore cette adaptation, LO-GI-QUE ! Il y a Hugh ! A mon humble avis quand on a dit ça on a tout dit ! Mais bon ! Concernant les autres personnages (parce qu'il en faut bien quelques autres !) beaucoup de têtes connues. On y retrouve entre autre Kate Winslet, que j'ai appris à apprécier.

201H60H303.jpg

J'ai peu de reproches à faire sur cette adaptation, puisqu'on sent bien la passion de l'équipe pour l'oeuvre de Jane Austen, qui a été respectée et mise en valeur. Voilà un film réussi et sans fausse note.

raison-et-sentiments-02-g-e1287566759243.jpg

Replaçons un peu les personnages dans leur contexte ; Elinor, la plus posée des soeurs Dashwood, tombe sous le charme du discret Edward Ferrars (magnifiquement interprêté par Hugh chéri, en toute objectivité). Sa soeur Marianne, la passionnée, l'emportée, la romantique, est toute émoustillée par le séduisant Willoughby, qui s'avèrera peu fidèle. Sans oublier le colonel Brandon, fiable, réconfortant, mais malheureusement un peu trop sérieux pour plaire à Marianne, du moins au début !

senbse.jpg

Rogue et Dr House euh Colonel Brandon et M. Palmer

Cette adaptation est très proche du roman de Jane Austen, les acteurs sont vraiment géniaux et attachants et je la préfère à celle de 2008. Alan Rickman fait vraiment un parfait colonel Brandon, avec juste ce qu'il faut de sérieux, et en même temps de sentiments cachés. Il a fait ses preuves, soyez en sûr, c'est un très bon acteur !

 

Raison et sentiments, réalisé par Ang Lee, 1995, avec Emma Thompson, Kate Winslet, Hugh Grant et Alan Rickman.

Vendredi 11 mai 2012 à 7:00

Sur la toile

Un billet pour vous parler de mon film chouchou, mon film doudou, celui que j'ai vu 142 fois, celui que je regarde pour un rien, celui que je regarde avec ma maman, celui que je regarde en mangeant du chocolat.

413315BHFKL._SL500_AA300_.jpg

Oui je veux parler de La neuvième porte. Il fallait un billet sur ce film, car je l'aime d'amour. Dans ce film, le héros est expert en livre ancien, déjà je ne pouvais qu'être conquise. Les livres sont l'élément central, on les voit, on les entend, on les lit, et j'adhère ! En plus Dean Corso, le personnage principal, le héros (s'il en est un), est interprété par Jonnhy Depp, élément non négligeable sinon CA-PI-TAL !

neuvieme-porte-1999-14-g.jpg

 

Oui même quand il est ridicule, il n'est jamais ridicule !

L'ambiance est géniale, un peu sombre, un peu louche, un peu satanique, et beaucoup étrange ! Sans oublier la place de la bande son, qui est très réussie.

Le scénario est excellent, et sur plusieurs niveaux de lecture, que l'on comprend peu à peu au fil des visionnages. Au premier abord on peut en effet se dire que c'est brouillon mais que nenni !

Ce billet ne fait pas son apparition aujourd'hui par hasard, car j'ai appris par la suite qu'un roman était à l'origine de ce film, il s'agit de Club Dumas de Arturo Pérez-Reverte. En discutant avec mon libraire chouchou, je me suis entendue dire que le film n'était rien à côté du roman, alors autant vous dire que quand mon film chéri est remis en question de la sorte, je me dois de vérifier ! En conséquence un billet sur le roman ne devrait pas tarder. A suivre donc !

 

La neuvième porte, réalisé par Roman Polanski, 1999 avec Johnny Depp.

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast