Quelques Pages

Vendredi 21 novembre 2014 à 10:00

Littérature USA

http://quelques.pages.cowblog.fr/images/dossier2/nosetoilescontraires.jpgRésumé :
Hazel, 16 ans, est atteinte d'un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l'évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un
groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades. C'est là qu'elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l'attirance est immédiate. Et malgré les réticences d'Hazel, qui a peur de s'impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d'amour commence... les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.


Mon avis
:
Je me suis procurée ce roman par curiosité, désireuse de savoir ce que j'allais en penser suite à tous les avis positifs qu'il a reçu sur la toile. J'avais lu Qui es-tu Alaska ? du même auteur, qui ne m'avait pas convaincue, mais ce fut différent pour celui-ci, qui m'a énormément plu.

En effet c'est un roman très immersif, vraiment passionnant et que j'ai eu du mal à lâcher avant d'avoir tourné la dernière page.

L'auteur nous fait découvrir Hazel, une jeune fille en rémission d'un cancer, que ses parents obligent à fréquenter un groupe de parole pour l'éviter de s'isoler, alors qu'elle ne demande qu'à ce qu'on la laisse tranquille.

Elle y rencontre Augustus, et une grande affection va naître entre eux. La suite du récit s'attache à suivre leur histoire, mêlée de séjours à l'hôpital, de rires, de doutes et de beaucoup d'émotions. J'ai beaucoup aimé entre autre l'anecdote autour de l'auteur qu'aime tant Hazel et qu'elle finit par rencontrer, j'ai trouvé ces scènes très drôles.

Ce roman fait réfléchir sur le caractère éphémère de l'amour, de l'amitié ; les vit-on différemment si on sait que ce sera forcément délimité dans le temps ? Je ne vous en dis pas davantage, mais ce roman est extrêmement touchant et m'a émue aux larmes.


De plus, j'ai été surprise par Nos étoiles contraires car au fil de ma lecture je m'attendais à une fin, et en réalité l'auteur arrive à nous surprendre jusqu'aux dernières pages.
Je me suis sincèrement régalée avec cette lecture, et je vous la recommande chaudement.

Je m'aperçois que je ne vous dis pas grand chose de concret et que cette chronique est un peu brouillon, mais même si j'ai un peu de recul depuis que j'ai terminé ce roman, car je l'ai lu il y a deux mois au moment où j'écris cette chronique, cette lecture reste pour moi pleine d'émotions et j'ai du mal à en parler objectivement. J'espère en tout cas que mon enthousiasme transparaîtra et que je vous donnerai envie de le découvrir si ce n'est pas déjà fait.


John Green, Nos étoiles contraires, Nathan, Février 2013, 336 pages, traduction Catherine Gibert.

Lundi 17 novembre 2014 à 17:00

Littérature USA

http://quelques.pages.cowblog.fr/images/dossier2/histoiredelisey.jpgRésumé :
Pendant vingt-cinq ans, Lisey a partagé les secrets et les angoisses de son mari. Romancier célèbre, Scott Landon était un homme extrêmement complexe et tourmenté. Il avait tenté de lui ouvrir la porte du lieu, à la fois terrifiant et salvateur, où il puisait son inspiration.

À sa mort, désemparée, Lisey s'immerge dans les papiers laissés par Scott, s'enfonçant toujours plus loin dans les ténèbres qu'il fréquentait...

Mon avis :
Lisey est une femme n'ayant jamais existé qu'à travers son mari écrivain, et qui se retrouve soudainement veuve. 

Tout commence le jour où Scott se fait tirer dessus lors de l'inauguration d'une bibliothèque. Ce jour-là, un homme dans la foule tire sur lui, et ce même homme se fait tuer sur le champs par la pelle d'argent servant à creuser la première pelletée symbolique de terre.

A travers quelques retours en arrière, on en apprend un peu plus sur la vie du couple, et on s'aperçoit que Scott était quelque fois assez hautain par rapport à sa femme, la célébrité lui ayant donné la grosse tête.

Lisey est une femme peu épanouie, malheureusement mal dans sa peau, qui se laisse aller à une folie douce. On découvre par exemple qu'elle se laisse diriger par la voix de son défunt mari, qui lui intime des ordres sur sa conduite.

Il y a un narrateur-auteur, Stephen King, dont le protagoniste, Scott, est narrateur-personnage, et j'ai ressenti à la lecture une certaine intimité entre ces deux statuts. En effet j'ai eu la sensation qu'il y avait un peu de Stephen King dans le personnage de Scott.

Alors, certes ce roman avait tout les éléments pour être génial, mais je n'ai pas accroché. L'auteur m'a perdue et j'ai trouvé le rythme beaucoup trop long. Ceci-dit, encouragée par les avis positifs disant que la fin valait le coup, j'ai repris le livre pour le terminer quelques mois plus tard.

Au regard de ma lecture de la fin du roman, il est vrai que la fin est prenante. Ma lecture fut plus agréable que vers le milieu du roman, où je m'étais littéralement embourbée.

La fin est douce et plus romantique du point de vue du couple Lisey et Scott. Je l'ai trouvée beaucoup plus ésotérique que le début du roman et je pense que c'est l'une des raisons pour lesquelles elle m'a plu.

Pour conclure je n'ai pas un avis très positif sur ce roman, qui me laisse un goût amer. Je ne pourrais malheureusement pas vous le recommander mais je serais curieuse de savoir ce que vous en avez pensé ! Cela ne m'empêchera pas de continuer à découvrir la bibliographie de l'auteur.


Stephen King, Histoire de Lisey, Stephen King, 24 octobre 2006, 761 pages.

Samedi 15 novembre 2014 à 9:00

Mes acquisitions

http://quelques.pages.cowblog.fr/images/acquisitions.jpg
Alors, qu'ai-je acquis cette semaine ?

http://quelques.pages.cowblog.fr/images/dossier2/walkingdead4.jpg
La saison 4 de la série The Walking Dead
Can't wait!

Et vous, quelles acquisitions cette semaine ?

Jeudi 13 novembre 2014 à 12:06

BD/Manga

http://quelques.pages.cowblog.fr/images/dossier2/Judge1.jpg http://quelques.pages.cowblog.fr/images/dossier2/Judge2.jpg
 http://quelques.pages.cowblog.fr/images/dossier2/Judge3.jpg  http://quelques.pages.cowblog.fr/images/dossier2/judge4.jpg
 http://quelques.pages.cowblog.fr/images/dossier2/judge5.jpg  http://quelques.pages.cowblog.fr/images/dossier2/judge6.jpg

Résumé :
Après avoir indirectement causé la mort de son propre frère, Hiro vit rongé par le remords. Deux ans ont passé quand il se réveille soudain dans le noir, menotté et coiffé d’un mystérieux masque de lapin. Au bout d’un couloir, le corps sans vie d’un adolescent, et sept autres victimes terrifiées, enfermées dans une étrange salle de tribunal.
Mais aucun d’entre eux n’est vraiment innocent… Coupables d’un crime resté impuni, tous incarnent un des péchés capitaux : gourmandise, avarice, paresse, orgueil, luxure, envie et colère. Le procès peut commencer… À la fois juges et bourreaux, ils devront choisir toutes les douze heures celui d’entre eux qui sera sacrifié.

Mon avis :
Je me suis procurée ce manga après en avoir lu des avis positifs ; et parce que j'aime avoir ce genre de lecture graphique sous la main dans les moments où j'ai besoin d'une lecture rapide et légère.

J'ai lu ce tome 1 en une heure lors de ma pause déjeuner un jour au travail, et je me suis régalée. Ce manga est un véritable page-turner très immersif et dont l'intrigue dynamique nous plonge dans un univers très complet et mystérieux, qu'on ne demande qu'à découvrir.

J'ai trouvé les graphismes vraiment magnifiques, graphismes qui doivent beaucoup aux protagonistes, que l'on apprend à découvrir recouverts de leur têtes d'animaux, donnant à l'ensemble une dimension très glauque qui m'a beaucoup plu.

On s'aperçoit très vite qu'on ne fait que découvrir la partie immergée de l'iceberg à travers ce tome 1, et sincèrement je n'ai pas pu attendre davantage avant de me plonger dans le tome 2, que je m'étais heureusement déjà procuré.

L'intrigue est masquée par un voile de brouillard assez particulier, un peu comme un scénario de film d'horreur à la "Saw", et c'est le genre de chose qui fonctionne sur moi.

Je me suis sans surprise procuré très vite la suite de la série, que j'ai emprunté à mon chéri. Si la structure au fil des tomes reste la même, à savoir le décompte du temps, les moments de vote et les complots de chacun pour essayer de survivre ; la lecture reste très agréable et dynamique car les tomes se suivent et ne se ressemblent pas. En effet on découvre toujours de nouveaux éléments rendant la lecture immersive et jamais ennuyeuse, et chacun des protagonistes est attachant.

De plus cette histoire a des points communs avec Battle Royale dans la mesure ou des jeunes gens sont amenés à devoir se tuer, poussés par l'instinct de survie, alors qu'ils n'en ont pas la moindre envie. Cet élément m'a énormément plu, étant une grande amatrice de ce film.

Enfin dans les cinquième et sixième tomes, le suspens devient insoutenable et on ne peut s'arrêter de lire pour connaître enfin le fin mot de cette histoire.

Sans trop en dire, les dernières planches sont vraiment géniales et j'ai adoré découvrir ces retournements vraiment inattendus. A la fin du tome 6, on souhaiterait même un tome suivant pour éclairer l'histoire tellement la fin est sombre et abrupte.

Cette lecture est un bonbon qui se dévore, d'autant que par son petit nombre de tomes, il reste digeste et peut se lire très vite. En un mot je ne peux faire autrement que de vous recommander ce manga,
qui bien qu'indéniablement glauque et singulier, reste un manga génial.


Judge, tomes 1 à 6, Yoshiki Tonogai, Ki-oon, 2011

Jeudi 13 novembre 2014 à 11:58

Littérature anglaise

http://quelques.pages.cowblog.fr/images/dossier2/missperegrine.gifRésumé :
Une histoire merveilleusement étrange, émouvante et palpitante. Un roman fantastique qui fait réfléchir sur le nazisme, la persécution des juifs, l'enfermement et l'immortalité.

Mon avis :
Si ce roman se destine de prime abord à la jeunesse, je ne l'ai pas pour autant trouvé innocent. Les thèmes abordés, à savoir la seconde guerre mondiale, la persécution des juifs, les enfants abandonnés, ne sont pas forcément simples.

Ainsi ce n'est pas un roman jeunesse inoffensif et léger, car il délivre un vrai contenu. De plus les photos disséminées donnent un côté très ludique à la lecture. Elles sont assez spéciales et accentuent le côté fantasy du roman.

Alors si le postulat est vraiment intéressant et prometteur, j'ai eu du mal avec ce roman car je l'ai trouvé trop lent dans son déroulement. Je me suis malheureusement ennuyée. Le héros, Jacob, m'a laissée indifférente et ne m'a pas convaincue.

De plus je n'ai pas compris où voulait en venir l'auteur, pour moi ce roman n'a pas de fil directeur et Ransom Riggs m'a perdue.

A l'heure où j'écris cette chronique, j'ai lu ce roman il y a cinq mois, et j'avoue qu'il ne m'en reste plus grand chose. Pour conclure, ce roman n'a pas fonctionné avec moi, mais s'il vous tente n'hésitez pas à le lire pour voir.


Ransom Riggs, Miss Pérégrine et les enfants particuliers, Bayard Jeunesse, 2012, 438 pages.

<< Page précédente | 1 | 2 | Page suivante >>

Créer un podcast