Quelques Pages

Jeudi 30 mai 2013 à 11:04

Littérature française

http://quelques.pages.cowblog.fr/images/rebeccakeant1.jpgRésumé :
Nouvelle-Angleterre, Burlington … Pas de délinquance, élue la ville la plus paisible des Etats-Unis, bref, un petit havre de paix pour une sorcière condamnée à mort et bien décidée à vivre discrètement et clandestinement parmi les humains. Malheureusement, en arrivant ici, je me suis vite aperçue que la réalité était tout autre et qu’il y avait plus de démons, de vampires, de loups-garous et autres prédateurs que nulle part ailleurs dans ce foutu pays. Mais ça, évidemment, ce n’est pas le genre de renseignements fournis par l’office de tourisme. Maudit-soit-il…

Mon avis :
Cela fait longtemps que j’entends du bien de cette série, c’est une lecture commune organisée sur Livraddict qui m’a décidée à me lancer, et je me suis régalée en découvrant cette série.

Tout d’abord, j’ai adoré l’héroïne que nous décrit l’auteur. Rebecca Kean est une sorcière très puissante, forte, insolente et autonome. Lorsque nous la découvrons, elle vit seule avec sa fille Léonora, après avoir fui sa tribu des Vikaris et s’être installée en Nouvelle-Angleterre. Condamnée à mort par ses semblables, elle souhaite vivre clandestinement dans la ville de Burlington.

Si cette idée semble simple, les faits sont tout autres, et Rebecca va devoir se justifier auprès du Directum, instance contrôlant la région. En effet la règle voudrait qu’elle se présente officiellement, ce qu’elle n’a pas fait.

Dans le postulat de l’auteur, les espèces fantastiques ont décidé de mettre un terme à la guerre qui les animait depuis des siècles, et de cohabiter. Ils ont donc créé le Directum en commun.

J’ai adoré l’univers dans lequel nous plonge l’auteur. Notre héroïne est une sorcière, élément qui m’a beaucoup plu car il change un peu de la vague de romans dans lesquels les vampires sont au centre de l’intrigue. Et si on trouve dans cette série, on trouve aussi des démons et des lycanthropes (comme les loups-garous et autre métamorphes), et ces nombreuses espèces entraînent de fait une mythologie que j’ai trouvée très intéressante.

De plus j’ai trouvé l’intrigue très complète, très bien menée et vraiment addictive. Rebecca doit jongler entre son poste de professeur de littérature à la faculté, et son rôle de sorcière, bientôt élue Assayim par le Directum, qui est un rôle de tueuse dont le but est de protéger le groupe.

Elle peut compter sur le soutien de sa meilleure amie Beth, qui est elle-même une louve-garou, et qui est toujours là pour garder sa fille et pour l’aider dans ses combats. Beth sera présente durant toute l’histoire, ayant elle aussi ses soucis personnels à gérer.

Ainsi l’intrigue est riche car autour de la trame centrale gravitant autour de notre héroïne, se nouent de nombreuses ramifications en rapport avec chacun des protagonistes, et le lecteur n’a de cesse d’en apprendre plus sur les personnages, sans jamais être perdu.

Il y a une hiérarchie chez les sorcières, et Rebecca n’est pas de celles des potionneuses, mais plutôt du genre sorcière de guerre, autant dire que son pouvoir est immense, lui donnant même parfois quelques difficultés pour le contrôler. Comme je le disais, la jeune femme est très puissante, et il ne s’agit pas ici de la voir en apprentissage, car elle est déjà sûre d’elle et de ses pouvoirs.

La vie de cette jeune femme n’est donc pas toujours simple, sans parler de son lien étrange et fusionnel avec Raphaël, le vampire le plus puissant et le plus dangereux du pays ; et qui est aussi à ses heures perdues le Magister, autant dire un être respectable et craint, précédé par sa réputation.

Raphaël est un personnage que j’ai vraiment adoré. J’ai apprécié son lien avec Rebecca, car leur relation fusionnelle est au-delà de leurs instincts qui les poussent à se tuer. Ils sont relativement passifs au départ mais doivent se rendre à l’évidence, ils se sont trouvés et leur duo fonctionne parfaitement. Je ne vous en dis pas davantage à ce sujet mais j’ai adoré suivre cette évolution au fil des pages.

Pour conclure, j’ai adhéré à la totalité de ce roman, de l’intrigue aux personnages en passant par la mythologie. Je n’ai aucune fausse note à relever : en un mot, j’ai savouré cette lecture et je vous la recommande sincèrement.


Cassandra O’Donnell, Rebecca Kean, tome 1, Traquée, J’ai Lu Darklight, 2011, 473 pages.

Mardi 28 mai 2013 à 22:07

Littérature française

http://quelques.pages.cowblog.fr/images/Lunemauvetome2lheritiere510.jpgRésumé :
Sur la photo du blog, Thomas souriait. Il avait l’air heureux, c’était la seule chose qui me réconfortait un peu. Il m’avait crue morte pendant toutes ces semaines. Un message sur mon répondeur m’avait brisé le cœur : il ne voulait plus me voir, me parler. Avec le recul, c’était mieux comme ça.
A quoi bon lui expliquer que ma mère n’avait refait surface que pour trouver la mort par ma faute ? Qu’en me transmettant la pierre, qui contenait la mémoire de son peuple, elle m’avait condamnée à un destin dont je ne voulais pas ?
J’avais une mission à accomplir. Il ne fallait prendre aucun risque. Les ennemis d’Ishtar rôdaient peut-être encore autour de nous.

Mon avis :
Tout d’abord, je remercie les éditions Flammarion Jeunesse pour leur confiance.

Si le premier tome nous présentait un univers fantastique sous-jacent prometteur, ce deuxième tome tient ses promesses et nous immerge dans le monde de la Lune Mauve auquel le titre de la série fait référence.

Séléné, notre jeune héroïne apprend à connaître cet univers, qu’elle a découvert dans le premier tome, et le monde réel passe au second plan. En effet la jeune fille tient une place majeure dans cet univers parallèle car elle est choisie par la déesse pour protéger son peuple. Elle découvre également une alliée en la personne de Cléo qui va l’accompagner pendant tout ce tome.

Séléné va donc devoir assumer sa mission du mieux possible, mais sa vie se trouve dans le monde réel, et elle n’a pas envie de vivre définitivement de l’autre côté du passage. Je n’en dis pas davantage sur l’intrigue de l’histoire, qui est bien plus riche que ce que ma chronique laisse entendre, car je vous laisse découvrir cet univers par vous-même.

Concernant la partie de l’intrigue qui se déroule dans le monde réel, à savoir au lycée Darcourt, j’ai été assez agacée par les rapports entre Séléné et sa cousine Alexia. Certes l’adolescence n’est pas une période facile, et on est souvent influencé par les remarques des autres, qui ne sont en l’occurrence par en faveur de notre héroïne, mais j’ai trouvé que le décalage entre la force de Séléné dans son univers et sa faiblesse dans le monde réel n’est pas très cohérent. Pour vous donner une idée, cela m’a fait penser à Harry Potter qui est insignifiant dans le monde réel et si adulé dans le monde magique ; et je n’ai pas adhéré.

Si cette lecture fut agréable, j’en ressors pourtant assez frustrée. L’univers créé par l’auteur est vraiment prometteur, et il n’est pas assez exploité selon moi. De plus Séléné se comporte comme si elle connaissait son rôle de longue date alors qu’elle le découvre à peine. J’aurais préféré apprendre à découvrir son monde en même temps qu’elle, ce qui aurait permis à l’auteur de poser les bases de son univers un peu mieux par la même occasion.

En conclusion je ne vous déconseille pas cette trilogie car elle reste singulière et originale. Ces romans sont immersifs, ils vous feront sans aucun doute passer un bon moment de lecture. Je suis simplement déçue car au regard du tome un, j’attendais plus de ce second tome.

Marilou Aznar, L’héritière (Lune mauve, tome 2), Casterman, 2 mai 2013, 401 pages.

La trilogie Lune Mauve :
1. La disparue (mon billet)
2. L’héritière
3. L’affranchie (mon billet)

Lundi 27 mai 2013 à 9:00

C'est lundi, que lisez-vous ?

http://quelques.pages.cowblog.fr/images/cestlundiquelisezvouslogo.jpg
Rendez-vous initié en français par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books (
click).  La récap des liens se fait maintenant chez Galleane (son blog).

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions
:
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?

La semaine dernière j'ai lu

http://quelques.pages.cowblog.fr/images/douzeminutesavantminuit200.jpg http://quelques.pages.cowblog.fr/images/rebeccakeant1.jpg http://quelques.pages.cowblog.fr/images/Lunemauvetome2lheritiere510.jpg

Douze minutes avant minuit, Christopher Edge, Flammarion
Rebecca Kean, tome 1, Traquée, Cassandra O'Donnell, J'ai Lu
Lune mauve, tome 2, L'héritière, Marilou Aznar, Casterman

En ce moment je lis
http://quelques.pages.cowblog.fr/images/lombredemoimeme.jpg
L'ombre de moi-même, Aimee Bender, Points

La semaine prochaine je pense lire

http://quelques.pages.cowblog.fr/images/Cequinouslie.jpg http://quelques.pages.cowblog.fr/images/lalistedemesenvies.jpg http://quelques.pages.cowblog.fr/images/chroniquesdesanfrancisco1.jpg

La liste de mes envies, Grégoire Delacourt, JC Lattès
Ce qui nous lie, Samantha Bailly, Milady
Chroniques de San Francisco, tome 1, Armistead Maupin, 10/18

Et le point en vidéo


Samedi 25 mai 2013 à 10:00

Mes acquisitions

Nous sommes samedi, je vous montre donc mes acquisitions de la semaine !

http://quelques.pages.cowblog.fr/images/acquisitions.jpg
Mercredi j'ai reçu deux romans dans ma boîte aux lettres :

http://quelques.pages.cowblog.fr/images/250513.jpg
Pénélope Green, tome 1, La chanson des enfants perdus, Béatrice Bottet, Casterman
Le journal de Ruby Oliver, tome 1, L'amour avec un grand Z, E. Lockhart, Casterman

Vendredi soir j'ai craqué pour 4 romans :

http://quelques.pages.cowblog.fr/images/2505132.jpg
La princesse des glaces, Camilla Läckberg, Actes Sud
Maeve Regan, tome 1, Rage de dents, Marika Gallman, Milady
La sélection, Kiera Cass, Robert Laffont
La sélection, tome 2, L'élite, Kiera Cass, Robert Laffont

Et je me suis également procurée le film Django Unchained, réalisé par Quentin Tarantino

Et vous, quelles acquisitions cette semaine ?

Jeudi 23 mai 2013 à 7:00

Littérature anglaise

http://quelques.pages.cowblog.fr/images/douzeminutesavantminuit200.jpgRésumé :
Londres, 1899. Tous les soirs, douze minutes avant minuit, un phénomène inquiétant frappe un hôpital psychiatrique : les patients se mettent à écrire frénétiquement d’étranges messages sur des papiers, des murs, et même leur peau. Pénélope Tredwell, propriétaire à treize ans du célèbre magazine Le Frisson illustré, et auteur d’histoires terrifiantes, décide d’enquêter.

Bientôt prise au piège dans une véritable toile d’araignée, Pénélope regarde d’un œil angoissé les minutes s’écouler : chacune d’elles la rapproche du vénéneux complot qui se prépare…


Mon avis
 :
Tout d’abord, je remercie les éditions Flammarion Jeunesse de leur confiance.

Si mon avis en cours de lecture était mitigé, je ressors de ce livre avec une grande satisfaction.
En effet au regard des premières pages, j’étais assez perplexe concernant deux protagonistes. Pénélope est une petite fille de treize ans, et l’auteur lui confère le statut de propriétaire d’un magazine. J’ai trouvé cet élément totalement incohérent, la littérature jeunesse ne justifie pas forcément de donner des rôles d’adultes à des enfants. En réalité le lecteur apprend par la suite que Le Frisson illustré, ce fameux magazine, n’est autre qu’un projet scolaire, et s’il est connu il n’en reste pas moins un magazine à petite échelle. En cela, j’ai tout de suite trouvé notre héroïne davantage à sa place.

Le second personnage qui me chagrinait était Monty. Je ne comprenais pas sa relation avec Pénélope, ni son statut mi-acteur, mi-journaliste. Encore une fois les pages suivantes ont éclairé ma lanterne. En réalité Penny écrit des articles pour son magazine d’histoires inquiétantes sous le pseudonyme de Montgomery Flinch, et un jour elle décide de faire de la publicité pour son magazine en créant l’événement autour de la première apparition publique de ce mystérieux journaliste. Bien sûr Montgomery Flinch n’existant pas, elle demande à un acteur de jouer ce rôle, qui n’est autre que Monty. Cet autre point étant éclairci, j’ai poursuivi ma lecture bien plus sereine !

Le lecteur se retrouve ensuite immergé dans une enquête originale et bien menée, autour d’un mystère qui, comme le laisse entendre le résumé, prend place dans un hôpital psychiatrique.
En effet les patients se mettent étrangement à noircir des feuilles de papiers chaque nuit, précisément douze minutes avant minuit. La jeune Penny va mener son enquête, aidée par Monty, et cela va la mener à soupçonner une étrange femme passionnée par les araignées.

Je ne vous en dis pas plus sur l’enquête de Penny, qui est l’élément central de ce roman, mais j’ai vraiment apprécié découvrir cette investigation, qui est rythmée, et intéressante.
En outre l’intrigue de ce roman aborde l’écriture, le rêve, la science et le journalisme, autant de points qui enrichissent le roman.

Cette histoire est originale car
l'univers dans lequel l'auteur place son récit est singulier, et j'ai vraiment adhéré à cela. Ce récit ne laisse pas au lecteur le temps de s’ennuyer, et je vous le recommande. Cependant, vous l’aurez compris, si vous ne distinguez pas la trame du récit dès le départ, je vous invite à continuer car les points sombres s’éclaircissent d’eux–mêmes au fil du roman.


Christopher Edge, Douze minutes avant minuit, tome 1, Flammarion, 2 mai 2013, 331 pages. Traduit de l’anglais par Laurence Kiefé


Trilogie Penny Dreadful
:
1. Douze minutes avant minuit
2. Shadows of the Silver Screen
3. The Black Crow Conspiracy (janvier 2014)

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast