Quelques Pages

Jeudi 12 juillet 2012 à 7:00

Littérature anglaise

54865-0.jpgAssise dans l’herbe un jour d’été, Alice voit passer un lapin blanc qu’elle suit dans son terrier. Elle bascule alors dans un monde extraordinaire et magique. Au cours de cet étrange voyage, elle rencontre des personnages incongrus : des homards qui dansent, un chat qui apparaît pour s’évanouir, une chenille qui fume, ou encore une Reine de Cœur qui veut couper la tête de tout le monde.

Plusieurs événements m'ont conduit à Alice, tout d'abord la sortie du film de Tim Burton en 2010, qui ne m'a pas retournée, mais qui m'a d'autant plus donné envie de lire ce roman, car même si on connait tous l'histoire, je n'avais jamais lu le texte intégral de l'auteur. Ensuite Karine m'a motivée avec son Challenge Gilmore Girls, et pour finir ma Lolo souhaitait le lire cet été, nous avons donc organisé une lecture commune !

Alors quid de ce conte ? Tout d'abord je voudrais commencer par mentionner l'anecdote de cette histoire, qui est née un jour d'une balade en barque (tout les romans devraient naître d'une balade en barque !). L'auteur (qui n'en était pas encore un !) a commencé a raconter une histoire pour occuper trois petites filles, et fier de son succès auprès de son jeune public, il l'a retranscrite de retour chez lui. Comme quoi la littérature, ça tient à peu de chose !

Je ne vais pas résumer le roman, ce serait vous offenser, je vais donc juste vous dire que j'ai beaucoup aimé ce roman. J'ai aimé ressentir l'auteur qui faisait des choix, et qui s'orientait dans l'histoire au gré de son imagination, comme un parent peut le faire au chevet de son enfant le soir. J'ai aussi aimé cette jeune fille vive qui est assez dans l'enfance pour croire tout ce qu'elle voit, mais qui est déjà assez grande pour comprendre que c'est quand même bizarre ! Ce conte est très riche, et se permet (grâce à son orientation jeunesse) de faire référence à la société, à l'éducation, et aux hommes, sans en avoir l'air. Ce roman est un rêve, une petite bulle d'enfance qui se lit en un rien de temps.

Et j'ai aussi aimé lire ce roman en même temps que ma Lolo !

Lewis Carroll, Alice au pays des merveilles, Livre de Poche, 1991, 185 pages.

 

Logo-challenge-gilmore-girls-Karine.jpg

 

Challenge Gilmore Girls (2/3)

Mardi 10 juillet 2012 à 15:44

Littérature USA

Moby-Dick.jpgConsidérez le cannibalisme universel de la mer, dont toutes les créatures s'entre-dévorent, se faisant une guerre éternelle depuis que le monde a commencé. Considérez tout ceci, puis tournez vos regards vers cette verte, douce et très solide terre ; ne trouvez-vous pas une étrange analogie avec quelque chose de vous-même ? Car, de même que cet océan effrayant entoure la terre verdoyante, ainsi dans l'âme de l'homme se trouve une Tahiti pleine de paix et de joie, mais cernée de toutes parts par toutes les horreurs à demi connues de la vie. Ne poussez pas au large de cette île, vous n'y pourriez jamais retourner.

Quand je regardais ce livre sur ma PAL (c'est à dire depuis des lustres), je n'étais pas tentée de le prendre. Oui j'aurais pu être irrésistiblement attirée par ce pavé de la littérature classique dans une démarche toute culturelle, mais non (je mérite le pilori, pas moins !). Non, car au lieu de ça je ne pouvais m'enlever de l'esprit une image de film d'une des adaptations, celle où Achab (capitaine à la jambe de bois) hurle son mépris pour cette baleine qui ne se laisse pas attraper (il s'agit en fait de la version de 1998 réalisée par Franc Roddam). Et puis je n'aime pas l'univers marin, alors avouez que j'avais peu d'arguments pour ouvrir ce roman.

Et pourtant je l'ai lu. Alors "WTF ?", pourriez-vous à juste titre me demander. Déjà parce que Karine me propose de le lire dans son challenge Gilmore Girls, ce qui n'est pas rien ! Et ensuite parce que je ne suis que culture et esprit élevé, et que quand même, c'est un pavé de la littérature classique, mais ça je l'ai déjà dit !

Venons-en donc aux faits, ce roman nous est raconté par Ishmaël, un jeune homme attachant et qui a, un peu par hasard, mis les pieds dans les différents métiers marins. J'aime les narrateurs qui nous racontent leur histoire, et j'aime Ishmaël car son récit est bien construit, vif quand il le faut mais aussi en arrêt sur image par moments, nous permettant de nous imprégner de l'ambiance sur le Péquod (qui est le navire d'Achab).

En effet une grande part du roman est consacrée à la description des baleiniers et des cétacés, ce qui ralenti fortement le rythme, mais qui donne aussi tout son intérêt à l'histoire ! Car c'est un ouvrage scientifique, et même si certaines données ont depuis été démenties, la démarche de l'auteur de regrouper toute ces informations sur les baleines est vraiment intéressante.

C'est également un très bon roman qui nous raconte l'histoire d'un marin, Achab, mutilé et meurtri, qui décide de consacrer sa vie à la recherche de la baleine blanche. J'ai en effet été surprise par la qualité d'écriture en lisant ce roman ; je pensais que ce roman avait pour qualité principale les informations scientifiques sur les baleines, mais il s'avère aussi un sublime texte.

Herman Melville, Moby Dick, Gallimard 1941, 741 pages, traduction de Lucien Jacques, Joan Smith, et Jean Giono.


Logo-challenge-gilmore-girls-Karine.jpg


Challenge Gilmore Girls (1/3)




Vendredi 6 juillet 2012 à 7:00

Challenge

Cette année je m'inscris à des challenges n'importe quand, 2012 sera une année brouillon ou ne sera pas !

Oui mais là c'est pas ma faute, c'est Christelle qui nous propose un Challenge Elizabeth Gaskell, et je viens d'acheter Nord et Sud, alors je ne peux pas faire autrement ! Et en plus j'ai prévu de voir la série BBC, alors si ce n'est pas de l'acharnement !

Et puis ce n'est que mon 4ème challenge de l'année ! Je suis sooo sérieuse, alors j'ai le droit !

elizabeth-gaskell-by-george-richmond-1851w2001.jpg

Et en plus on a gagné à partir d'un seul petit billet !

Plus d'infos sur ce billet.

 

Mercredi 4 juillet 2012 à 10:29

Littérature USA

51YFhgg9RKL._AA278_PIkin4,BottomRight,-16,22_AA300_SH20_OU08_.jpgMon premier contact avec Elizabeth Hoyt s'est produit sur le blog des Princesses, qui en parlent si bien. Mais je ne connaissais pas encore ses romans, et puis ce volume manquait à Chi-Chi, il n'en fallut pas plus pour que s'organise une lecture commune !

Ce roman est le premier tome de la série Maiden Lane, il s'ouvre sur Tempérance, une jeune femme qui recueille des bébés abandonnés dans la rue et qui travaille au refuge de St Giles, qu'elle a hérité de son père et qu'elle gère avec son frère Winter. Le cadre est ainsi posé, et on comprend tout de suite que cette femme, veuve de son état, n'a pas une vie des plus débridée. Sans compter qu'elle n'a pas assez d'argent pour entretenir St Giles ; arrive alors Lord Caire, un jeune homme dont la réputation le précède, qui recherche l'assassin de sa maîtresse, tuée à St Giles, et qui fait appel à Tempérance car elle connait le refuge par coeur. Caire a besoin de Tempérance, et vice versa, voilà les deux héros qui se rencontrent, et l'histoire peut commencer.

Commençons par une note historique (Chi-Chi si tu me lis !), le café est importé et consommé en Angleterre depuis 1650 (merci Wiki), alors pourquoi je vous donne cette information vous demandez-vous ? Car le roman se passe en 1737, et que les protagonistes prennent un café dans une taverne, ce qui peut sembler anachronique, mais qui ne l'est pas ! Comme quoi la romance ça mène à tout !

Le roman commence doucement, le lecteur découvrant peu à peu les personnages, leurs relations et leurs caractères ; découvrant par la même occasion que les héros ne se sautent pas dessus tout de suite, ce qui s'explique.

Le fantôme de St Giles fait son apparition assez tôt, et avec lui beaucoup de questions ! Je n'en dirai pas plus au risque de spoiler, mais c'est un personnage intriguant que l'on a hâte de retrouver d'un chapitre à l'autre (et qui est habillé en Harlequin, ce qui ne manque pas de lui conférer la prestance que mérite tout fantôme !).

Les deux héros passent énormément de temps ensemble, et bien sûr arrive le moment où ils couchent ensemble, et l'auteur soulève ici une question intéressante : Que faire si mon amant s'avère SM ? Oui car comme je l'ai dit, la réputation de Caire le précède, et le coquin a des habitudes sexuelles assez déroutantes pour notre puritaine Tempérance, mais heureusement que la servante Nell est là pour expliquer à notre héroïne que si certains hommes sont SM, ils n'en restent pas moins des gentlemen.

Mais notre Caire a aussi son lot de problèmes, oui il a un passé, et pas des moindres puisqu'il a développé une aversion du contact, qui ne se verra pas tellement expliquée !

Tempérance est veuve, et il faut attendre la fin du roman pour en savoir plus sur cette ancienne union avec Benjamin, qui n'est pas aussi simple qu'elle en a l'air. La jeune femme se punie d'avoir trompé son mari avant sa mort et c'est la raison pour laquelle elle n'arrive pas à profiter du plaisir que Caire se donne tant de mal à lui donner. Oui mais Caire et Tempérance réussissent à se confier l'un à l'autre, et à trouver une solution (oui parce que la Tempérance se montrera par la suite assez dégourdie).

Les personnages secondaires sont bien construits, et l'auteur tend manifestement des fils qu'il faudra suivre dans les tomes suivants. Je pense notamment à Silence, que l'on apprend à découvrir et qui se verra consacré le tome 3.

Voilà une régence vraiment bien écrite, pertinente, et je ne tarderai pas à découvrir les tomes suivants !

Elizabeth Hoyt, Wicked Intentions (série Maiden Lane, tome 1), Hachette digital, 396 pages.

Le billet de Tam-Tam.

La série Maiden Lane :

1. Wicked Intentions
2. Notorious Pleasures
3. Scandalous Desires
4. Thief of shadows

<< Page précédente | 1 | Page suivante >>

Créer un podcast