Quelques Pages

Mercredi 25 janvier 2012 à 15:01

Littérature anglaise

que dirait jane austen ?,innomables,morts-vivants,tombeaux,miam ! darcyPour la famille Bennet, qui compte cinq filles à marier, l'arrivée de deux jeunes et riches célibataires dans le voisinage est une aubaine : enfin des coeurs à prendre, et des bras supplémentaires pour repousser les zombies qui prolifèrent dans la région ! Mais le sombre Mr Darcy saura-t-il vaincre le mépris d'Elizabeth, et son ardeur au combat ? Les innommables auront-ils raison de l'entraînement des demoiselles Bennet ? Les soeurs de Mr Bingley parviendront-elles à le dissuader de déclarer ses sentiments à Jane ? Surtout, le chef-d'oeuvre de Jane Austen peut-il survivre à une attaque de morts-vivants ?

Soucieuse de terminer le Challenge Jane Austen, j'ai ajouté à ma découverte Austenienne cette "adaptation" pour le moins mordante ! Orgueil et préjugés et zombie entre, si je ne m'abuse dans la catégorie des Austenneries, soit des romans issus de l'oeuvre de Jane Austen. Celle-ci reprend fidèlement la trâme de départ, en y ajoutant des revenants d'outre-tombe, des bals interrompus par des combats rapprochés, et autres joyeusetés. C'est un roman drôle (impossible de ne pas pouffer toutes les deux pages) et bien écrit, puisque la plume de Jane Austen est très présente. Il fallait oser, et pourtant c'est une réussite ! Certes les passages écrits par Seth Grahame-Smith sont assez gauchement insérés, mais je suis passée outre et j'ai apprécié cette idée originale. Certes ce n'est pas exactement du Jane Austen, mais je pense qu'il faut le prendre pour ce que c'est, c'est-à-dire un dérivé. J'ai aimé la liberté prise sur le personnage de Charlotte, j'ai aimé le sort donné à Mr Colins, j'ai aussi aimé le combat qui rapprochera Lizzy et Darcy et j'ai aimé retrouver Orgueil et préjugés, bref j'ai aimé beaucoup de choses dans ce roman, sans oublier Wickham, qui a sans nul doute été le plus malchanceux ! J'ai passé un bon moment et je ne me suis pas sentie choquée outre mesure !

 

Jane Austen, Seth Grahame-Smith, Orgueil et préjugés et zombies, Flammarion, 2009, 316 pages. Traduit de l'anglais par Laurent Bury.

Le billet d'Isil, celui de Clarabel.

 

que dirait jane austen ?,innomables,morts-vivants,tombeaux,miam !


Challenge Jane Austen

Jeudi 19 janvier 2012 à 7:00

La citation du jeudi

jeudi.gif

Allez voir Chiffonnette si vous ne me croyez pas !

Paulette dit : "Maman..." Cela ne signifiait rien. Aucun être humain. Pas l'ombre d'un fantôme. Le mot flottait en l'air et cherchait à habiller un souvenir, une absence. "Maman..." Toute la douceur de l'enfance et tous les mensonge de la vie. Un poignant égoïsme aussi, le chemin montré, il n'y a plus entre nous et le tombeau, ce candidat naturel, cet écran, cette mère qui doit mourir la première. Elle est morte. Ca y est. A nous...

Aragon, Les voyageurs de l'impériale, p.268

 

Il s'agit du moment où Paulette, la femme de Pierre, apprend la mort de sa mère. Elle crie puis s'aperçoit de ce que signifie une mère morte. C'est une scène très dure et pourtant très belle. Pierre est à ce moment là près d'elle, cherchant à la soutenir, mais n'y arrivant pas (encore une preuve de leur distance).

Mercredi 18 janvier 2012 à 13:27

Sur la toile

Ce film m'a littéralement sauté dessus à la Fnac, et je n'ai pu faire autrement que de le regarder. Bien m'en a pris puisque ce film est un doudou. Il me permet de poursuivre le challenge Jane Austen d'une bien jolie manière, et c'est un coup de coeur.

amy_brenneman9.jpg

Les romans de Jane Austen sont mis en valeur, sublimés, racontés, lus et relus, et les fans s'y retrouvent. Moi qui connait maintenant ces six romans, j'ai adoré les réentendre. Les six membres du club ont chacun leur univers, et chacun leur roman, ce qui crée une trame simple.

jane-austen-book-club-2007-maria-bello-hugh-dancy-pic-6.jpg

Les voir parler de Jane Austen avec aisance, n'hésitant pas à comparer les protagonistes de l'auteur avec des personnes existantes crée une ambiance propice à replonger totalement dans chacun des romans.

thejaneaustenbookclub1.preview.jpg

Les interprétations sont justes, et on passe un bon moment devant des acteurs qui savent ce qu'ils font.

jane austen emily.jpg

Quid du synopsis ? Bernadette, une quinquagénaire six fois divorcée, a l’idée de fonder un club de lecture quand elle rencontre Prudie, une jeune enseignante de français mariée et très élégante, lors d’un festival de cinéma sur Jane Austen. Le concept est que chacun des six membres accueille le groupe à tour de rôle une fois par mois, pour discuter entre eux des six romans d’Austen. Les autres membres du club sont Sylvia, une femme au foyer quadragénaire récemment séparée de son mari Daniel, avocat et coureur, après plus de vingt ans de mariage ; sa fille lesbienne de 20 ans Allegra ; Jocelyn, une célibataire heureuse de l’être, obsédée par la maîtrise de soi et éleveuse de chiens de Rhodésie, qui est amie avec Sylvia depuis l’enfance ; et Grigg, un fan de science-fiction que Jocelyn a invité à les rejoindre dans l’espoir que Sylvia et lui formeront un couple assorti.

jane-austen-book-club-2007-hugh-dancy-maria-bello-pic-2.jpg

Ce club de lecture bouleverse la vie des personnages, qui voient leurs problèmes réglés grâce à l'influence de Jane Austen dans leur vie. Prudy et son mari se retrouvent, Sylvia et son mari réapprennent à vivre ensemble. Jocelyn et Grigg se trouvent, vous avez compris le principe !

images.jpg

The Jane Austen book club, Robin Swicord, 2007

 

challengejaneausten.jpg

 

Vendredi 13 janvier 2012 à 21:35

Littérature anglaise

Lady-Susan-Jane-Austen.jpegUne veuve spirituelle et jolie, mais sans un sou, trouve refuge chez son beau-frère, un riche banquier. Est-elle dénuée de scrupules, prête à tout pour faire un beau mariage, ou juste une coquette qui veut s'amuser ? Le jeune Reginald risque de payer cher la réponse à cette question ...

 

Lu le 11-01-2012

Lady Susan est un court roman épistolaire qui permet de profiter de la plume de Jane Austen en quelques heures. Avec son peu de pages, et sa construction aérée, il se lit rapidement ce qui est bien utile pour terminer ce challenge ! On entre dès la première lettre ou presque dans l'histoire, et on retrouve instantanément l'esprit de l'auteur. Il s'agit d'une oeuvre de jeunesse (écrit en 1794, Jane Austen a alors 19 ans) mais on ressent pourtant que l'auteur qui écrira Orgueil et préjugés, et Raison et sentiments, est déjà née. L'histoire est assez simple, Lady Susan cherche à séduire, mais l'intérêt réside dans la façon dont Lady Susan arrive à ses fins par des manipulations très fines. Sa fille Frederica semble finalement lui importer peu mais bien sûr elle sait faire jouer les apparences en sa faveur. Il est drôle de lire les différents points de vue à propos d'un même événement. Dans sa lettre à Lady Susan, Reginald se plaint au sujet de sa rancoeur envers Sir James Martin, qui voit Frederica se réfugier à ses côtés alors que lui-même la courtisait. Suite à cela elle écrira à sa fille, et toutes ces histoires sont très drôles de nos jours.


Jane Austen, Lady Susan, Gallimard, 2000, 115 pages. Traduit de l'anglais par Pierre Goubert.

 

challengejaneausten.jpg


Challenge Jane Austen

Jeudi 12 janvier 2012 à 7:00

Littérature française

lesvoyageurs.jpgDe l'Exposition de 1889 à la guerre de 1914, ce roman fait la chronique d'un quart de siècle de la vie des français, autour de Pierre mercadier, professeur d'histoire qui quittera sa femme et ses enfants pour mener une vie lointaine. Il reparaitra à la veille de la guerre de 14, pour mourir à demi paralysé. Son fils Pascal portera les armes pendant quatre ans et trois mois, croyant par cela faire que son propre enfant n'y soit jamais soumis.

Ce roman retrace la vie de Pierre Mercadier, un professeur d'histoire-géographie en France. Est-il pour autant le héros ? Telle est la question. (J'ai lu ce roman pour un cours de littérature, et la problématique tourne autour de cette question. Ici je ne vais pas tenter d'y répondre.) Pierre n'est pas épanoui, sa femme l'agace et le couple ne s'entend pas, même jusqu'à leurs idées les plus simples. La politique, voici un sujet très présent dans le roman, par la raison même que Pierre cherche à tout prix à ne pas en parler. La politique le rattrapera d'une façon bien ironique. Pierre trompe sa sotte de femme autant qu'il le peut, et finit par quitter sa famille. Il la retrouvera plus tard bien malgré lui, paralysé et agonisant.

 

Dans ce roman il y a la vie, mais pas enjolivée, la vie la vraie, avec des déceptions, des peines, des joies, des coups du sort, des hasards, bref une vie étonnante et pas un conte de fée. Dans ce roman, peu d'humour (quoi que !), peu de rocambolesque, mais des drames et des horreurs. Et pourtant on passe un bon moment de lecture, ce qui doit être un privilège réservé aux écrits d'Aragon !


Les voyageurs de l'impériale, Aragon, Gallimard, 1972, 755 pages.

<< Page précédente | 1 | 2 | Page suivante >>

Créer un podcast